Elections générales au Malawi: affluence dans les bureaux de vote

Le scrutin d’hier va permettre d’élire un nouveau président de la République, des députés et des conseillers locaux

Sur les 19 millions de Malawites, 6,8 millions étaient attendus hier aux urnes pour élire un nouveau président de la République, de nouveaux députés et conseillers locaux. De ces trois scrutins, la présidentielle polarise le plus les attentions au regard des enjeux qu’elle charrie. En lice, Peter Mutharika (78 ans), le président sortant, défend son fauteuil pour un second mandat face à son vice-président, Saulos Chilima, et Lazarus Chakwera, le leader de l’opposition, et quatre autres candidats.

Au sortir du bureau de vote, le président qui a accompli son devoir civique dans son fief à Thyolo dans le sud du pays s’est dit confiant quant au bon déroulement du scrutin. « Les files d'attente sont longues et j'encourage tout le monde à voter parce qu'au bout du compte, c'est le peuple qui décide. C'est très calme et je suis confiant que la paix prévaudra jusqu'à la fin du processus électoral », a-t-il indiqué. Tout au long de la campagne, Peter Mutharika a défendu un bilan élogieux marqué par une amélioration des infrastructures. « Nous avons mis le Malawi sur le chemin du progrès. L'opposition n'a aucune raison de me critiquer. Pas une seule », a-t-il lancé.

Mais, la partie s’annonce serrée. Car, en face, l’opposition a touché un sujet sensible dans le pays en surfant tout au long de cette campagne sur la corruption qui a entaché ce mandat. Le régime de Peter Mutharika ayant été à maintes reprises éclaboussé dans des scandales de pots-de-vin. Notamment celui lié à l’attribution d’un contrat de millions de dollars à la police qui a secoué le pays de longs mois durant. Lazarus Chakwera, candidat du Parti du congrès du Malawi (MCP) et Saulos Chilima, président du Mouvement uni de transformation (UTM), se sont montrés sereins sur toute la ligne.

« Nous devons mettre fin à la corruption. Nous avons fait une campagne formidable (...) Nous sommes très confiants. Il y aura un décompte des voix de sorte que personne ne pourra gâcher le vote des électeurs », a déclaré le premier, soutenu l'ex-présidente Joyce Banda (2012-2014) après son vote hier à Lilongwe, la capitale. « Aujourd’hui marque un nouveau début, une nouvelle vie pour le Malawi», espère sa part le second.

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category