Contacts prometteurs

Après avoir pris le pouls économique du pays à travers une remarquable participation, il y a quelques semaines, au Cameroon Business Forum à Douala, et une descente à Kekem pour l’inauguration d’une unité de transformation du cacao, le Premier ministre, chef du gouvernement, était très attendu sur le terrain politique. Joseph Dion Ngute en était parfaitement conscient, au regard notamment de la situation sécuritaire préoccupante qui prévaut dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest depuis de longs mois déjà.

Une situation qui se trouve au centre de nombreux échanges et consultations que le président Paul Biya a multipliés ces derniers temps, tant avec les forces vives de la nation qu’avec les partenaires bilatéraux et multilatéraux du Cameroun. Porteur d’un message de paix, d’unité et de fraternité du chef de l’Etat à l’endroit de ses concitoyens des zones victimes de perturbations, le Premier ministre n’a pas hésité à aller au contact des foules. Avec un engagement et une détermination affichés, Dion Ngute a affronté les réalités du terrain.

Sans détour. Sans prétention aucune. On l’a retrouvé dans les marchés ou dans les amphithéâtres, échangeant avec commer çants et étudiants sur leurs conditions de vie et de travail. Un style direct et dépouillé qui en a séduit plusieurs. Au point où ses hôtes, dans l’ensemble, ont laissé éclater leur satisfaction en exprimant un enthousiasme spontané à chacune des étapes du périple du chef du gouvernement.

Au terme des visites dans le Nord-Ouest et le SudOuest, il n’est pas excessif d’affirmer que le courant est bel et bien passé entre l’émissaire du président de la République et ses interlocuteurs. A l’heure des premières leçons de cette descente de Dion Ngute sur le terrain, l’on peut dire sans hésiter que le message a été bien accueilli. Ce qui, a priori, est de bon augure pour la suite, c’est-à-dire le dialogue proposé par le chef de l’Etat. Un dialogue qui doit permettre de renforcer et de consolider les bases d’une nation camerounaise toujours unie et plus solidaire.

A travers l’acceptation de l’autre et le vivre ensemble d’un peuple fier et riche de sa diversité. Il est réconfortant de relever à cet égard que des dizaines de repentis qui avaient un temps grossi les rangs des sécessionnistes en terrorisant les populations, viennent de répondre positivement à l’appel du président Paul Biya. Ils ont en effet déposé les armes et renoué avec la légalité républicaine.

Certes, la voie qui mène au pardon et à la réconciliation est encore longue et parsemée d’embûches. Pour autant, la décrispation amorcée à la faveur de la récente visite officielle du Premier ministre dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest apparaît comme un déclic prometteur. Le reste étant une question d’attachement renouvelé au « berceau de nos ancêtres », héritage commun, fruit des sacrifices des générations qui nous ont précédés.

Dès lors, préserver ce précieux acquis est pour chaque Camerounais, un devoir impérieux et une mission sacrée. C’est du reste le sens à donner aux appels pressants et répétés de celui qui incarne l’unité de la nation. En effet, le président Paul Biya n’a eu de cesse d’exhorter ses compatriotes, jeunes et moins jeunes, hommes et femmes de toutes les catégories sociales, à se mobiliser en toutes circonstances pour défendre la cause de la patrie.

En plaçant l’intérêt du Cameroun au-dessus des contingences et des intérêts égoïstes. C’est le prix à payer pour que le triangle national demeure une terre de paix, source de concorde et de communion des cœurs. Préalables indispensables pour la prospérité et l’émergence.

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category