Prix Simone Veil: Aïssa Doumara Ngatansou toujours à l'honneur

nEn recevant la combattante des droits de la femme récemment à Yaoundé, l’ambassadeur de France au Cameroun l’a rassurée du soutien de son pays.

La première lauréate du Prix Simone Veil 2019, Aïssa Doumara Ngatansou a été reçue récemment par Gilles Thibault, ambassadeur de France au Cameroun. Prenaient part à cette rencontre, Marie-Thérèse Abena Ondoa, ministre de la Promotion de la Femme et de la Famille (Minproff), des représentants des missions diplomatiques et une délégation des défenseurs des droits de l’homme.

Au cours de cette cérémonie qui se déroulait à la résidence de France à Yaoundé, le diplomate a rassuré la combattante des droits de la femme, du soutien inconditionnel de son pays, en ce qui concerne la lutte contre les violences multiformes faites à la gent féminine. « Sachez, chère Aïssa, que bien au-delà de ce prix, la France se tient à vos côtés, comme elle se tient aux côtés de toute personne qui partage votre combat et vos valeurs.

Plus que jamais, la France, à travers cette ambassade, soutient la lutte contre les violences et les discriminations, et accompagne les actions comme la vôtre, portées par la société civile camerounaise », a déclaré Gilles Thibault. Et ce soutien n’est pas que verbal. Au-delà de son engagement au niveau des instances internationales, au travers des contributions à Onu-Femmes, la France promet de soutenir la création d’une banque. Elle servira à l’entreprenariat féminin sur le continent africain.

A l’occasion, Aïssa Doumara Ngatansou a saisi la tribune à elle offerte pour égrener le chapelet de problèmes auxquels les femmes font face. Viols, discriminations, grossesses indésirées, mariages précoces, etc. sont autant de maux déniant l’ensemble des droits humains des filles et des femmes qui font que la question de cette catégorie soit érigée en cause nationale.

Elle a surtout demandé « de renforcer la mise en place des lois spécifiques contre toutes ces différentes violences et plus de ressources pour les secteurs de l’Etat, des organisations qui s’occupent de l’encadrement des filles et des femmes.» Aïssa Doumara Ngatansou lutte en faveur de l’égalité hommefemme depuis plus de deux décennies au sein de l’association dénommée « Lutte contre les violences faites aux femmes » dans l’Extrême-Nord. Elle accompagne plus d’un millier de filles et de femmes victimes de toutes ces violences.

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category