Garanties de crédit: les biens mobiliers désormais valables

L’exploitation d’un répertoire national recensant l’ensemble de ces cautionnements autres que les titres fonciers et les immeubles a été lancée hier à Yaoundé par le ministre des Finances

Dorénavant, les demandeurs de crédit, qu’ils soient des Pme ou des particuliers, pourront présenter des garanties autres que les titres fonciers ou les immeubles, jusqu’ici préférés par les établissements de crédit et de microfinance. Les biens meubles tels que les véhicules, les bijoux, les brevets d’invention, les animaux, etc. ayant une valeur certaine et contenus dans le répertoire national de sûretés mobilières (RNSM) seront également acceptés. L’exploitation de ce répertoire ayant été officiellement lancée hier à Yaoundé par le ministre des Finances, Louis Paul Motaze.

L’objectif de la mise en place de ce répertoire est « d’accroître l’accès au crédit aux Petites et moyennes entreprises et aux particuliers au Cameroun, en permettant une acceptation plus accrue des sûretés mobilières, en plus des sûretés immobilières, tout en sé curisant cette acceptation », indique Jean-Marie Benoît Mani, secrétaire général du Conseil national du crédit.

Et le Minfi d’ajouter que c’est « un outil supplémentaire d’aide à la décision, à travers l’information mise à la disposition du système financier, et notamment des établissements assujettis, que sont les établissements de crédit et de microfinance, pour leur permettre de prendre plus facilement les décisions en matière d’octroi de crédits ». Ceci dans un souci de transparence financière et d’amélioration de la perception du climat camerounais des affaires.

Cet outil est donc bien perçu par les acteurs du système bancaire et financier, dans un contexte marqué par un faible taux de financement des PME par les structures concernées, entraînant un taux de sinistralité des PME/PMI et très petites entreprises de l’ordre de 16%. Toutefois, le Minfi a exhorté ces professionnels non seulement à alimenter et consulter la base de données régulièrement, mais aussi à travailler pour que l’acceptation des sûretés mobilières se généralise.

A ce jour, seuls 11 banques, quatre établissements de crédits et 18 établissements de microfinance acceptent ces garanties. De manière concrète, le répertoire est une base de données disponible sur la toile (https:/conseilnationalducredit.cm/rsnm), rassemblant des informations issues de cinq administrations principalement que sont les ministères de la Justice et des Transports, l’OAPI, la Caisse autonome d’amortissement et la BEAC nationale. Ce sont elles en effet qui collectent des données sur diverses immatriculations de véhicules, titres financiers, brevets, etc.).

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category