Semaine de la prématurité: La prévention d’abord

L’hôpital gynéco obstétrique et pédiatrique de Yaoundé sensibilise les femmes depuis mercredi 22 mai 2019.

De nombreuses femmes se sont rendues massivement mercredi 22 mai 2019 à l’Hôpital gynéco-obstétrique et pédiatrique de Yaoundé . Les mères d’enfants nés avant terme, elles sont venues prendre part à la « Semaine de prématurité » devenue une tradition dans cette formation hospitalière depuis quelques années.

Parmi elles, Willie N., avec dans ses bras, Divine F., sa petite fille âgée de trois ans, née prématurément. Elle est venue partager son expérience et effectuer une visite de routine. « Mon enfant est né à 32 semaines de grossesse avec un poids d’un kilogramme. Elle avait passé deux semaines en couveuse et était sortie de là avec 1,800 kg. Aujourd’hui, elle est en bonne santé. Ce sont des moments de stress inoubliables et de dépenses importantes », a-t-elle confié.

Actuellement, Divine F. souffre de varices au niveau de son oesophage. « Elle a déjà vomi du sang deux fois et le spécialiste a indiqué que cette situation vient du fait qu’elle a de grosses veines qu’il faut réduire soit par une ligature soit par un traitement d’un an pour diminuer la pression du sang », explique la dame. Tout à côté d’elle, c’est une autre maman dont la prématurité a aussi laissé des séquelles. « Mon bébé souffre des problèmes d’audition bien qu’étant bien portant. Les médecins ont expliqué que cela a été provoqué par la naissance prématurée.

C’est une situation qui engendre au moins 50 000 F de dépenses par mois », déplore-t-elle. Des cas préoccupants de prise en charge surtout pour des familles démunies qui nécessitent l’implication de tous. « Il faut des moyens pour prendre ces enfants en charge », a déclaré le Pr. Evelyn Mah, pédiatre, chef de service adjoint du service de pédiatrie à HGOPY, coordinatrice de cette semaine.

Cette semaine, qui a pour le thème : « Travailler ensemble pour le suivi holistique des prématurés », HGOPY a voulu braquer les projecteurs sur la prévention et la prise en charge de la prématurité des enfants dont l’accouchement survient entre 28 et 37 semaines d’aménorrhée. D’où la sensibilisation tous azimut de tous les maillons de la chaine afin de mieux gérer cette situation au cas où elle se présenterait.

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category