Travail décent: le personnel domestique doit être pris en compte

Le ministre Grégoire Owona, a promis la mise en place d’un cadre juridique favorable à cette catégorie socioprofessionnelle, lors d’un atelier le 22 mai 2019 à Yaoundé.

.Au Cameroun, le travail domestique s’effectue dans des conditions précaires. Des salaires dérisoires, parfois en deçà du Salaire minimum interprofessionnel garanti, en violation de certains droits : reversement des cotisations sociales à la CNPS, repos hebdomadaires ou congés annuels. Les travailleurs de ce secteur sont également exposés à des heures supplémentaires non reconnues et même aux violences psychosomatiques.

Il faut donc que cela change. le 22 mai 2019, l’atelier de sensibilisation sur les normes internationales du travail domestique, conjointement organisé par le Bureau international du Travail et le ministère du Travail et de la Sécurité sociale , à Yaoundé, avait justement pour objectif d’améliorer l’environnement institutionnel et juridique de ce secteur d’activités.

Dans cette perspective, François Murangira, directeur de l’équipe d’appui technique de l’OIT au Travail décent pour l’Afrique centrale a plaidé pour une décolonisation conceptuelle. « Il faut avant tout changer le terme domestique qui est en soit dévalorisant car, s’oppose à sauvage », a-t-il lancé. Puis il a demandé que, pour plus de rentabilité, l’homme soit la préoccupation essentielle des employeurs, du travail.

« Il est impérieux de reconnaître et garantir aux travailleurs et travailleuses domestiques, des conditions de travail plus humaines, plus respectueuses de leurs droits et en totale adéquation avec la spécificité du secteur », a-tajouté.

Le ministre Grégoire Owona a promis le total engagement et la disponibilité du gouvernement camerounais pour l’implémentation d’une politique qui vise à offrir un travail décent à tous. Ces assises sont en droite ligne avec la Convention No189 et la Recommandation No201 sur les travailleurs et travailleuses domestiques adoptées en juin 2011, à Genève en Suisse, lors de la 100è session de la Conférence internationale du Travail.

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category