Afrique du Sud: le baptême du feu

La sélection africaine disputera sa première coupe du monde, avec l’ambition de se faire remarquer.

Cela faisait un moment que l’Afrique du Sud en rêvait. Les Banyana Banyana l’ont enfin réalisé : participer pour la première fois à la coupe du monde. Un petit exploit rendu possible grâce à leur deuxième place obtenue à la CAN 2018. Et justement, Désirée Ellis a choisi de rester dans la continuité avec les 23 joueuses retenues pour la compétition. Un groupe qui allie expérience et jeunesse. On retrouve ainsi des filles qui ont disputé les derniers grands rendez-vous majeurs comme les JO 2016, les deux dernières CAN, la COSAFA Cup et même la coupe du monde U17.

Désirée Ellis, le sélectionneur national, entend s’appuyer sur l’expérience des défenseurs Noko Matlu et Janine Van Wyk, la capitaine qui est désormais le sportif la plus capée du continent (150), hommes et femmes confondus. Sans oublier les milieux de terrain Refiloe Jane and Leandra Smeda ou encore de l’attaquante Jermaine Seoposenwe.

Mais son meilleur tout sera sans doute le Ballon d’or africain 2019, Thembi Kgatlana. Les Banyana Banyana, 49e mondiales, ont également bénéficié d’une bonne préparation, malgré des résultats mitigés, avec des participations à des tournois internationaux et des matchs amicaux. Il y a eu, pour les plus récents, ce nul 1-1 face à la Jamaïque et la défaite 3-0 contre les Etats-Unis, champions du monde en titre.

L’équipe va poursuivre sa mise au vert en France et disputera un dernier mach amical contre la Norvège le 27 mai prochain. Les Sud-Africaines, qui se trouvent dans une poule assez difficile, entrent dans l’arène le 8 juin prochain face à l’Espagne, avant d’affronter la Chine et l’Allemagne.

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category