Cameroun-OIF: Rencontre au sommet

Reçue au Palais de l’Unité vendredi le 24 mai 2019 par le président de la République, Paul Biya, la secrétaire générale de la Francophonie, Louise Mushikiwabo, a rappelé le rôle-clé de notre pays au sein de cette

Trois principales raisons à la venue au Cameroun de Louise Mushikiwabo, la nouvelle secrétaire générale de l’Organisation internationale de la Francophonie, moins de six mois seulement après sa prise de fonction à la suite de son élection lors du 17e Sommet de cette institution en octobre dernier à Erevan en Arménie. Elle les a dévoilées vendredi dernier sur le perron du Palais de l’Unité après l’audience de plus de quatre-vingt-dix minutes que lui a accordée le président de la République, Paul Biya. « D’abord, je ne voulais pas faire six mois en tant que nouvelle secrétaire générale sans voir le chef de l’Etat, parce que le Cameroun est un pays d’importance pour la Francophonie. Je voulais vraiment marquer ma venue au sein de cette institution en parlant au président des orientations de la Francophonie ». L’hôte du chef de l’Etat a évoqué la nouvelle direction qu’elle entend donner à cette institution au cours des quatre prochaines années, car, « Nous sommes à un moment où les organisations multilatérales doivent montrer plus de résultats, peut être même se focaliser sur certaines activités d’importance » a-t- elle précisé, non sans indiquer que l’OIF qui est présente dans des domaines aussi variés que l’éducation et la culture entend accroître sa présence au Cameroun.

La seconde raison de sa venue au Cameroun, et particulièrement de sa présence au Palais de l’Unité qui lui a dévoilé ses plus beaux atours, Louise Mushikiwabo l’explique par la situation qui est celle du Cameroun. « Je voulais m’enquérir de la cartographie politique et sécuritaire de ce pays. On parle beaucoup du Cameroun depuis l’introduction de Boko Haram, on parle de la crise anglophone. Je crois qu’il y a des complexités qui sont particulières à ce pays ». Il s’agissait donc pour elle de se faire sa propre opinion de la situation dans notre pays en venant prendre des informations à la source, d’où cette rencontre avec le président de la République. Sur ce plan, la secrétaire générale de l’OIF a avoué avoir « beaucoup appris ». Et cela, elle a indiqué l’avoir fait en posant des questions. Une démarche qui, de son point de vue, se justifie par le fait qu’en tant que ressortissante d’un pays de la sous-région, le Rwanda, elle a indiqué mesurer l’importance du Cameroun dans cette zone, notamment pour sa stabilité. « Je mesure combien ce pays est important, c’est un pays socle pour l’Afrique centrale » a précisé Louise Mushikiwabo qui a pour cela rappelé le rôle déterminant que joue le Cameroun en ce moment pour la stabilisation de la République centrafricaine. Troisième raison de cette première visite au Cameroun, en tant que secrétaire générale de l’OIF, « il fallait signifier au président de la République que la Francophonie veut accompagner ce pays (le Cameroun, Ndlr). Nous voulons nous impliquer d’une manière utile » at- elle précisé avant de quitter le Palais de l’Unité. Accueillie sur les lieux peu avant 13 h par le chef du protocole d’Etat et sur le perron par le ministre, directeur du Cabinet civil, Samuel Mvondo Ayolo, Louise Mushikiwabo a été élevée à la dignité de Grand officier de l’Ordre national de la valeur par le président de la République qui lui a en outre offert un cadeau-souvenir de sa visite.

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category