Incendie à la Sonara: aucun prix ne va augmente

Hier, lors d’un point de presse, trois membres du gouvernement ont apporté des éclairages sur la situation.

Suite à l'incendie survenu dans la nuit du vendredi 31 mai dernier à la Société nationale de raffinage (Sonara) à Limbe, le ministre de la Communication, porte-parole du gouvernement, René Emmanuel Sadi, a donné un point de presse hier dans son département ministériel. Il était accompagné pour la circonstance du ministre de l’Eau et de l’Energie, Gaston Eloundou Essomba, ainsi que du ministre du Commerce, Luc Magloire Mbarga Atangana. Egalement présents, la présidente du Conseil d’administration de la Sonara, Ndoh Bertha, la directrice générale de la Société camerounaise des dépôts pétroliers (Scdp), Véronique Moampea, ainsi que le directeur général de la Caisse de stabilisation des prix des hydrocarbures (Csph), Okie Johnson Ndoh.

Sur l’ampleur des dégâts

Dès le lendemain de l’incendie, sa medi matin, le ministre de l'Eau et de l'Energie, Gaston Eloundou Essomba, a effectué une descente sur les lieux. Hier au Mincom, il a indiqué que 4 des 13 unités de production du process de raffinage ont été consumées. A ce jour, aucune production n'est plus possible. La chaîne de production est en arrêt. Pour la réhabilitation, la Sonara va recruter un cabinet d’expertise en vue d’une évaluation technique des dégâts et des travaux à faire. A en croire le Minee, les travaux de réhabilitation devraient prendre environ 12 mois. Et cela ne va pas empêcher la suite des activités de l'entreprise. En effet, la chaîne de production a déjà été arrêtée pendant huit mois l'année dernière et le marché a continué d'être approvisionné. Audelà de ce premier diagnostic, une enquête prescrite par le chef de l'Etat a été ouverte pour déterminer les causes exactes de cet incendie.

Sur les prix des produits pétroliers

Aucun prix ne va augmenter. Les prix de l’essence, du gasoil, du pétrole lampant à la pompe resteront les mêmes. Tout comme le prix du gaz domestique. Le Mincommerce a assuré qu’aucune spéculation ne saurait prospérer. Comme l’a relevé le Minee, 80% de ces produits proviennent des importations. Et ce sera toujours le cas, même avec l’arrêt de la chaîne de production. Les premiers navires contenant ces produits finis devraient ainsi accoster dès demain mardi. La situation sera gérée pendant cet arrêt comme elle l’a été lors de l'arrêt en 2018.

Sur la continuité des activités

En attendant la réhabilitation des usines de production à Limbé, les activités quotidiennes vont suivre leur cours au sein de l’entreprise. Ndoh Bertha a été claire. Ce lundi est un jour ouvrable et tous les employés sont attendus à leurs postes. Les autres départements de l’entreprise restent ainsi actifs.

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category