Zone de libre échange continentale: en attendant la phase opérationnelle...

Après son entrée en vigueur le 30 mai dernier, l’heure est aux tractations sur les modalités de fonctionnement de ce vaste marché commun en gestation en Afrique.

La Zone de libre-échange continental (ZLEC) est entrée en vigueur le 30 mai dernier, mais n’est pas encore d’application. Elle deviendra opérationnelle dès le 7 juillet prochain au terme d’un sommet extraordinaire des chefs d’Etat et de gouvernement de l’Union africaine (UA) prévu à Niamey au Niger. Ce sommet sera précédé par une réunion d’experts de l’institution panafricaine et des ministres africains du Commerce, prévue vendredi et samedi prochains à Addis-Abeba en Ethiopie pour définir les modalités de fonctionnement de ce marché continental.

A ce jour, 24 Etats sur les 54 du continent (plus du minimum requis), après le Burkina Faso mercredi dernier, ont déjà ratifié l’accord commercial y relatif. Première économie africaine, le Nigeria se montre encore réticent. Fraîchement réélu pour un second bail, le président Muhammadu Buhari, dont la réponse reste très attendue du côté d’Addis-Abeba, a demandé à son gouvernement de faire une évaluation de l’impact de la ZLEC sur l’économie nigériane.

« Je pense que le président a un sentiment d’urgence à ce sujet, car lorsqu’il nous a demandé de réaliser une étude d’impact de la ZLEC sur l’économie nigériane, il ne nous a donné que trois mois pour l’achever, et nous l’avons fait », a déclaré Okechukwu Enelamah, ministre nigérian du Commerce à l’agence Bloomberg.

En attendant sa concrétisation, des négociations sont en cours entre Etats signataires et portent sur les différents produits appelés à être li béralisés ou qui feront l’objet d’une exclusion. A en croire les experts de l’Union africaine, l’exclusion porte sur les critères liés à la sécurité alimentaire, aux recettes douanières et à l’impact socio-économique.

A l’Union africaine, l’entrée en vigueur est déjà célébrée comme une première victoire. Dans un Twitt publié le 30 mai dernier au soir, Albert Muchanga, commissaire de l'UA pour le commerce et l'industrie, a salué l’avènement de la ZLEC. « Un jalon historique ! L'Accord de libre-échange africain est entré en vigueur aujourd'hui. Nous célébrons le triomphe de l'intégration économique audacieuse, pragmatique et à l'échelle du continent. Nous lançons le marché commun le 7 juillet 2019 et commençons le voyage de la transformation pour préserver une prospérité inclusive », s’est-il réjoui.

De l’avis d’experts, ce vaste marché stimulera le commerce intra-africain et renforcera la position du continent dans le commerce à l’échelle mondiale. « Potentiellement, il s’agit de la plus grande avancée vers l’intégration régionale de l’Afrique depuis la fin du colonialisme. Pas moins », a indiqué sur son compte Twitter, Carlos Lopes, économiste bissau-guinéen et professeur à l’université du Cap en Afrique du Sud.

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category