BEPC/CAP: les candidats face aux épreuves

Quelques absences ont été enregistrées dans les centres d’examen mardi, 4 juin 2019 au démarrage.

Lycée général Leclerc, sous-centre d’examen du BEPC, mardi, 4 juin 2019 matin. Dès l’entrée de l’établissement, trousses, blousons et autres objets sont retenus par les gardiens. Les candidats n’ont droit qu’à l’essentiel (stylos, règle, crayons, gommes, calculatrice) pour composer. C’est d’ailleurs ce qu’indique la police des examens, un document lu par les surveillants de salle avant le déroulement des épreuves. A 8 h, la sonnerie annonce le début des premières épreuves. Aucun bruit ne filtre.

Seul le frottement des copies déposées devant chaque candidat se fait entendre, au moment de découvrir leurs contenus. Première épreuve, étude de texte. Durée, une heure. Dans chaque salle, au moins deux surveillants circulent entre les rangées. Le chef de sous-centre Elisabeth Ntonga, se rassure du bon déroulement des examens. Elle veille à ce que lui soient communiqués les effectifs des candidats. Ils sont au total 1386, toutes séries confondues (espagnol, allemand, arabe, bilingue, chinois et italien) à composer. 22 candidats sont absents.

Au Lycée de Ngoa-Ekelle, c’est le même frémissement. Il est 9 h lorsque l’équipe de CT pénètre dans ce sous-centre. Le chef du sous-centre du Lycée de Ngoa-Ekelle Catherine/Eugénie Mbezele, est juste à l’entrée du secrétariat des examens. Elle se rassure que les copies ont été réceptionnées et attend le lancement de la seconde épreuve (correction orthographique / dictée) avant de retourner dans son bureau. Et de rassurer :

« Nous n’avons pas eu de retard accablant. Presque tous les candidats ont répondu présent. Sur les 751 inscrits, six sont absents » Les premières épreuves achevées, certains candidats se réjouissent déjà. C’est le cas de Nkwotoh Ramatou. Celle-ci est à son deuxième essai et espère réussir cette fois. « Jusqu’ici, tout se passe bien. Les premières épreuves n’étaient pas difficiles comme celles de l’année dernière. Cette fois, j’ai travaillé dur pour obtenir ce diplôme et je suis persuadée que ça ira », confie-t-elle.

Au Cetic de Ngoa-Ekelle, les candidats au CAP des Sciences et des technologies du tertiaire (STT) et ceux du CAP industriel composent également depuis mardi dernier. Difficile d’avoir plus d’informations sur les lieux. Le responsable de l’établissement semble être pris par le boulot. Sur l’ensemble du territoire, 240 014 candidats sont inscrits à l’examen du BEPC de l’enseignement général et 47 339 au CAP STT et au CAP industriel de l’enseignement technique cette année.

A signaler, les épreuves prévues hier mercredi, 5 juin 2019 (jour de la fête du Ramadan), sont reportées au samedi 8 juin 2019 aux mêmes horaires, selon les dispositions du ministère des Enseignements secondaires.

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category