Promotion des produits locaux: la piste des indications géographiques

A l’occasion d’une table ronde, les 4 et 5 juin derniers, les pays membres de l’OAPI ont examiné des stratégies de mises en valeur pour attirer les investisseurs.

Une indication géographique constitue un signe utilisé sur des produits qui ont une origine géographique précise et qui possèdent des qualités ou une notoriété rattachée à cette origine. Au demeurant, comme l’a expliqué Denis Lokou Bohoussou, directeur général de l’Organisation africaine de la propriété intellectuelle (OAPI), les indicateurs géographiques sont considérés comme des outils qui, au-delà de leur capacité à distinguer les produits d’origine, peuvent renforcer la capacité des territoires porteurs de ces produits à attirer des entrepreneurs et des consommateurs et à leur garantir un panier de produits locaux spécifiques de qualité.

C’est dans ce contexte qu’une table ronde régionale sur le développement des indications géogra phiques (Ig) en Afrique s’est ouverte mardi dernier à Yaoundé sur le thème « les indications géographiques en Afrique : enjeux de développement territorial, d’intégration économique et de commerce ».

La cérémonie d’ouverture de ces assises était présidée par le ministre des Mines, de l’Industrie et du Développement technologique (Minmidt), Gabriel Dodo Ndoke, en présence de la vice-directrice générale de l’Organisation mondiale de la propriété intellectuelle, Wang Binying. La table ronde en elle-même a servi de cadre d’échanges sur le développement des indications géographiques en tant qu’outils de promotion et de commercialisation des produits de qualité issus de l’agriculture et de l’artisanat africains.

D’après Wang Binying, il était question de sensibiliser les différents acteurs sur l’intérêt des indications géographiques pour la valorisation des produits du terroir et de l’importance de la mise en place d’un cadre juridique et institutionnel approprié à l’échelle continentale. L’évènement de deux jours a permis à la cinquantaine de participants ve nus des différents pays membres de l’OAPI d’évaluer la situation de la protection des indications géographiques en Afrique et la mise en œuvre d’une stratégie continentale y relative.

Au Cameroun, il existe de puis 2010, un comité national de promotion et de coordination des indications géographiques. Jusqu’ici, il a contribué à l’enregistrement du miel blanc de Oku et du poivre de Penja comme indications graphiques.

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category