Exécution du budget 2018: 4832,9 milliards de F de dépenses globales

Le rapport que vient de publier le ministère des Finances indique que du fait des contraintes intervenues au cours de l’année, des dépassements de 218,4 milliards de F ont été observés.

Le rapport sur l’exécution budgétaire pour le compte de l’année 2018 a été publié sur le site web du ministère des Finances. Il dresse un bilan des recettes et dépenses de l’année écoulée en comparaison aux prévisions et à l’exercice précédent. Ainsi donc, c’est dans un contexte national marqué notamment par l’amélioration de l’activité économique, le décaissement des appuis budgétaires par les partenaires au développement, etc. que s’est exécuté ce budget.

Sur les recettes budgétaires

Ce volet intègre les recettes internes, les emprunts et les dons. L’objectif fixé en début d’exercice était de collecter une enveloppe de 4689,5 milliards de F mais l’Etat a fait mieux. Il a plutôt recouvré 4913,3 milliards de F, soit une hausse de 524,7 milliards de plus par rapport à 2017. Cette performance est principalement liée à des recettes internes évaluées à 3435,9 milliards, soit une augmentation de 109 milliards sur les 3324 milliards attendus. Dans la même veine, la bonne performance des recettes pétrolières est imputable à la redevance SNH qui a subi les effets positifs de la hausse des cours de pétrole, renseigne le rapport. Tout comme il indique que les recettes non pétrolières ont été boostées du fait « des réformes administratives et les mesures nouvelles ». Avec notamment la réforme du système de collecte des impôts et taxes, la réforme du droit de timbre d’aéroport. La douane quant à elle a contribué à cette performance en grande partie grâce aux droits de douane à l’importation et à la TVA à l’importation. S’agissant du volet dons et emprunts, ils s’élèvent à 1477,4 milliards contre 1331,5 milliards en décembre 2017. Cette évolution se justifie, selon le rapport, par les appuis budgétaires obtenus dans le cadre du programme économique et financier conclu avec le FMI (plus 104 milliards de F).

Sur les dépenses

Pour l’exercice 2018, elles s’élevaient à 4689,5 milliards de F. Mais les dépenses globales réalisées, précise le rapport d’exécution budgétaire, s’élèvent à 4832,9 milliards. Il est signalé que les dépassements des dépenses observés ont été causés par des contraintes supplémentaires/ Il s’agit des dépenses liées à la CAN, au barrage de Nachtigal, aux dépenses sécuritaires, à la subvention des prix du carburant à la pompe, etc. Des mesures budgétaires ont été prises pour réguler ces dépassements dont justement l’économie réalisée sur la masse salariale soit 13,8 milliards de F, grâce aux premiers ef fets de l’opération de comptage physique du personnel de l’Etat. En conclusion, le rapport souligne que : « l’exécution budgétaire a connu des avancées en 2018 ». Mais des problématiques telles que les financements extérieurs, les procédures dérogatoires, l’endettement et les contraintes sécuritaires mériteraient d’être mieux adressées.

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category