Gabon: un nouveau gouvernement

Le président gabonais a réduit la taille du gouvernement qui passe de 40 à 28 membres.

48heures après sa dernière adresse à la nation au cours de laquelle il a annoncé l’imminence d’un gouvernement restreint, le président gabonais a remanié son équipe lundi dernier. Ali Bongo Ondimba a refait confiance à Julien Nkoghe Bekalé comme Premier ministre, pour conduire cette nouvelle équipe réduite à 28 membres. La précédente était constituée de 40 ministres.

Parmi les grandes entrées, figure celle d’Edgard Anicet Mboumbou Miyakou, unique ministre d’Etat, porté au poste de ministre de l’Intérieur, de la Justice, Garde des sceaux. Connu comme fervent défenseur de la cause environnementale, le Pr. Lee White est promu ministre de la Forêt, de la Mer et de l'Environnement. Ce Britannique d’origine naturalisé Gabonais, était jusque-là secrétaire exécutif de l'Agence nationale pour la préservation de la nature (ANPN) à Libreville.

Le remaniement de lundi, le quatrième depuis janvier dernier, marque également le retour en grâce d’Ernest Ernest Mpouho Epigat, ancien ministre de la Défense porté au poste de ministre de l'Habitat. Autant plusieurs habitués comme Alain Claude Bilie-ByNze, Madeleine Berre, Denise Mekam’ne Edzidzie épouse Taty ou Lambert Noël Matha restent dans le navire, autant d’autres comme Régis Immongault Tatagani ou Pascal Houagni Ambou roue ont été remerciés. Mais, le fait le plus marquant reste sans doute l’avènement de tout un ministère chargé de la Promotion de la Bonne gouvernance, de la Lutte contre la corruption et de l’Evaluation des politiques publiques, confié à Francis Nkea Ndzigue.

On se souvient qu’au cours de son adresse de samedi dernier, le président gabonais avait annoncé la couleur : « Le ménage doit être fait au sein de notre classe politique, au sein de laquelle le mot “éthique” doit résonner avec force ». Ali Bongo Ondimba avait alors annoncé la nomination d’un gouvernement « plus restreint, constitué de femmes et d’hommes prêts à donner la priorité à l’intérêt général et capables de faire preuve d’exemplarité ».

La création d’un ministère consacré à l’assainissement des mœurs dans la gestion des affaires publiques intervient dans un contexte marqué par une vaste enquête sur la disparition le 30 avril dernier de 353 containers contenant du Kévazingo, une essence forestière interdite d’exploitation, et placés sous contrôle judiciaire au port d’Owendo.

Un scandale qui a em porté le 21 mai dernier le viceprésident de la République, Pierre Claver Maganga Moussavou, et le ministre d’Etat, ministre des Forêts et de l’Environnement chargé du Plan climat, Guy Bertrand Mapangou.

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category