Bureau de mise à niveau des entreprises: les activités passées en revue

Déploiement sur le terrain et participation à plusieurs salons d’entreprises sont entre autres actions à mettre à l’actif de cette institution.

Le comité de pilotage du Bureau de mise à niveau des entreprises (BMN) s’est réuni jeudi dernier à Yaoundé en sa 22e session. A l’ordre du jour de ces travaux dirigés parle président, IsaacTamba, par ailleurs directeur général de l’économie au ministère de l’Economie, de la Planification et de l’Aménagement du territoire, les propositions des entreprises à admettre à la restructuration, le point sur l’état d’exécution de la mise en œuvre du Programme d’industrialisation et de valorisation des produits agricoles (Pivpa).


Read also : Corridor Douala-Bangui : le trafic peut reprendre

La question sur la prime aux entreprises ainsi que la remise des certifications ISO n’étaient pas en reste. Il a aussiétait question de donner une nouvelle impulsion à l’institution « afin de lui permettre de consolider ses acquis et de poursuivre l’accompagnement des entreprises, conformément aux missions qui sont les siennes », a souligné Isaac Tamba. Cette première session de l’année en cours s’est tenue dans un contexte marqué par un double enjeu : l’achèvement en fin d’année du Pivpa, financé à hauteur de 7 milliards de F par le C2D et l’implémentation de la deuxième mission du Bureau.


Read also : Emergence : Charles Foka pour une transition énergétique

Pour ce qui est des activités du BMN, le président du Copil parle d’un déploiementde l’institution bien visible sur le terrain. Il y a la participation au Salon Promote, la remise des primes sur investissement matériel aux entreprises. L’on note également de nombreux ateliers de sensibilisation ainsi que la formation des consultants nationaux. Avec la mise en place prochaine de la zone de libre-échange continentale africaine (ZLECAF), l’on ne peut que se réjouir des résultats obtenus, notamment l’implémentation des systèmes de management.


Read also : Allocation de résilience de la Banque mondiale : le Cameroun en quête d’éligibilité

« Toutefois, plusieurs défis restent à relever dans le cadre du renforcement de la compétitivité de l’économie nationale en vue de tirer partie de tous les bénéfices de la libéralisation des échanges tant sur le plan sous-régional, régional que mondial », indique Isaac Tamba. Pour Alain Blaise Batongue, secrétaire exécutif du Gicam, de manière générale, il subsiste de l’espoir et de l’inquiétude. « De l’inquiétude parce qu’on est dans une mouvance où on doit promouvoir et protéger l’industrie nationale », explique-t-il. Et il pense qu’en même temps, il faut identifier les secteurs pour permettre que la grosse pression venant de l’extérieur puisse être une discipline.


Read also : Association des « bayam-sellam » : un congrès extraordinaire annoncé

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category