Cameroun – Canada: beaucoup de liens communs

Outre le fait d’être les deux pays bilingues du monde, ils entretiennent également une coopération riche et ancienne.

C’est le point le plus relevé lorsque l’on parle du Cameroun et du Canada. Outre le fait qu’alphabétiquement ils se suivent dans la classification internationale, ils sont les deux seuls pays bilingues du monde ayant en commun l’usage de l’anglais et du français. Une proximité linguistique qui amène les deux pays à coopérer dans des organisations comme l’Organisation internationale de la Francophonie, le Commonwealth et l’Organisation des Nations unies. Des points qui sont également le signe d’une amitié riche et diversifiée. Une amitié qui repose sur des relations diplomatiques qui existent depuis 1962 entre les deux pays. Ainsi donc, après près de 55 ans de relations bilatérales entre les deux pays, le Canada et le Cameroun sont passés d’une relation de donateur-bénéficiaire à celle de partenaires commerciaux. Les statistiques en la matière indiquent en effet qu’en 2013, le Cameroun constituait à la fois le deuxième marché d’exportation et la deuxième source d’importation du Canada en Afrique centrale. Le Cameroun achète principalement du Canada les céréales et vend à ce dernier du bois, du cacao, du café et des produits agricoles et pétroliers. En 2006 lorsque le Cameroun a atteint le point d’achèvement de l’initiative PPTE, le Canada a procédé à une annulation de la dette en faveur du Cameroun pour un montant de 221 millions de dollars, soit plus de 110 milliards de F.
En réaffirmant l’appui de son pays au Cameroun dans la lutte contre le terrorisme au cours de l’audience que lui a accordée hier le président Paul Biya au palais de l’Unité, le haut-commissaire René Crémonese est simplement venu confirmer l’appui que ce pays-continent, le 2e plus vaste au monde après la Russie, apporte au Cameroun dans le domaine de la sécurité. Le Canada a ainsi participé à la résolution pacifique du différend territorial qui opposait le Cameroun au Nigeria dans la péninsule de Bakassi. Comme l’indiquent les données disponibles au ministère camerounais des Relations extérieures, il a ainsi contribué à hauteur de 238 000 dollars, soit près de 120 millions de F pour la démarcation de la frontière terrestre entre les deux pays. Un appui qui s’ajoute aux efforts d’Ottawa au Cameroun dans la lutte contre Boko Haram et la gestion des réfugiés issus de l’insécurité dans certains pays voisins.
 

Reactions

Commentaires

    List is empty.

Laissez un Commentaire

De la meme catégorie