Toutes les bonnes volontés sont attendues

En plus des 102 000 déplacés internes ayant bénéficié en 2018 de l’aide humanitaire d’urgence mobilisée pour soulager les souffrances des populations victimes de la crise socio-politique dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest, ce sont 70 000 autres personnes qui seront assistées ces jours-ci. En effet, les 40 camions chargés de matériels de couchage et de denrées de premières nécessités qui leur sont destinés sont arrivés dans les régions concernées, après leur départ de Yaoundé jeudi dernier. 15 autres camions sont également partis de Douala vers les mêmes régions pour le même objectif. Autant dire que le gouvernement camerounais est préoccupé par la situation des compatriotes qui ont dû quitter leurs domiciles à cause du conflit pour aller se mettre à l’abri dans des zones plus calmes.

Cela se traduit concrètement par l’intensification en cours de leur prise en charge optimale. Il faut rappeler que pour leur venir en aide, le chef de l’Etat, Paul Biya, a mis en place le Plan d’assistance humanitaire d’urgence lancé le 20 juin 2018 pour un coût évalué à 12,7 milliards de F. Il va sans dire que pour financer cette vaste opération de solidarité, l’Etat, en plus de ses propres ressources financières, a besoin de l’appui des pays amis, des partenaires au développement ainsi que de toute personne de bonne volonté.

En somme, aucune aide n’est de trop. Toutes les bonnes volontés devraient se manifester afin qu’aucun déplacé interne ne dorme affamé ou à la belle étoile. Un dispositif a d’ailleurs été déployé pour une gestion appropriée des contributions internes et externes. C’est pour cela que le Plan d’assistance humanitaire d’urgence est assorti d’un Centre de coordination de l’assistance humanitaire dans le Nord-Ouest et d’un autre Centre dans le Sud-Ouest. En outre, une plateforme de coordination de l’aide humanitaire avec les Nation unies a été mise sur pied afin de faciliter l’accès humanitaire aux acteurs des Agences compétentes. Par ailleurs, les déplacés internes ayant également trouvé refuge hors des régions en proie à la violence à l’instar de l’Ouest, du Littoral et du Centre, leurs besoins sont loin d’être totalement satisfaits sur le terrain.

Bien plus, les familles d’accueil devraient aussi être assistées, elles qui ont vu leurs dépenses alimentaires exploser du fait de l’hospitalité accordée aux proches en difficulté. Dans cet élan, les compatriotes qui ont traversé la frontière pour aller provisoirement s’installer dans un pays voisin ne devraient pas être oubliés par les actes de solidarité qu’on observe. Enfin, la philosophie de l’assistance inspirée par le président de la République étant d’aider les déplacés internes à passer « du stade de dépendance à celui de l’autonomisation »,

il est temps de mobiliser des fonds supplémentaires pour les mettre à leur disposition. Les autres opérations ou activités à exécuter, déjà prévues dans le Plan d’assistance humanitaire d’urgence sont déjà connues. Il s’agit, entre autres de la réhabilitation des écoles, des hôpitaux et des habitations incendiées ; de l’aide à la reprise des activités économiques ; de la reconstitution des documents d’état civil détruits ou perdus. C’est dire que la collecte des fonds devrait se poursuivre pour que le Plan d’assistance ait tous les moyens de ses ambitions.

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category