Probatoire de l'enseignement général: Les épreuves écrites démarrent

L’examen qui débute ce mardi 18 juin 2019 sur toute l’étendue du pays s’achève vendredi prochain.

Des milliers de lycéens et collégiens entament aujourd’hui le marathon du probatoire de l’enseignement général. Ils sont précisément 163 660 candidats cette année. Ils sont âgés de 14 à 52 ans et planchent à partir de ce mardi et jusqu’au 21 juin sur les épreuves écrites de cet examen qui donne accès à la classe de terminale. A l’Office du Baccalauréat du Cameroun (OBC), responsable de la mise en oeuvre dudit examen, c’est le branle-bas de combat. Une organisation impressionnante a été mise en place à l'avance dans les coulisses des différents états-majors. 441 sous-centres d’examen, 3 767 salles de composition, 8 387 surveillants, des centaines de sujets élaborés pour les diverses matières et séries, de milliers de copies à corriger, autant de correcteurs, examinateurs et jurys sont nécessaires. Dans les zones affectées l’insécurité, des mesures particulières ont été prises pour sécuriser candidats et sous-centres d’examen.

Ces dispositions prises, cette première journée de composition s’ouvre par l’épreuve de français, l’une des bêtes noires des candidats. Elle dure quatre heures pour un coefficient qui culmine à quatre. Ladite épreuve comprend trois types de sujets au choix des candidats : la contraction de texte, le commentaire composé et la dissertation littéraire. Communément appelée, « sujet de type1 », la contraction de texte est un exercice basé sur une réflexion portant sur un fait relevant du monde contemporain (culture, racisme, sport, etc.). Dans cet exercice, il est demandé au candidat de produire soit un résumé, soit une analyse, soit alors une discussion posant un problème dont le texte éclaire un aspect important.

Le sujet de type II quant à lui est un extrait de texte des oeuvres au programme. Appelé « Commentaire composé », il est choisi en raison de sa cohérence et de sa qualité littéraires. Il sera obligatoirement suivi d’un libellé qui ne saurait être contraignant et aura pour fin première de faciliter la démarche du candidat, lui laissant néanmoins toute liberté d’orienter sa lecture, de l’ordonner, de l’élargir, de l’approfondir selon le sentiment qu’il a du texte. La dissertation littéraire, troisième sujet de l’épreuve, quant à elle, se présente sous la forme d’une citation empruntée à un auteur ou une réflexion donnée suivie d’une consigne claire. Le candidat devra user d’un savoir appliqué à la littérature, mobiliser des connaissances acquises lors de l’étude des oeuvres intégrales, entre autres. C’est dire si une longue matinée de cogitation s’annonce pour les candidats.

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category