Présidentielle américaine:Trump lance sa campagne

Le président américain a tenu mardi 18 juin 2019 à Orlando en Floride son tout premier meeting en prélude au scrutin du 3 novembre 2020.

Candidat à sa propre succession, Donald Trump a donné hier, mardi 18 juin 2019 le coup d’envoi de sa campagne en vue de l’élection présidentielle prévue le 3 novembre 2020. Soit 504 jours avant le scrutin proprement dit. Le président sortant des Etats-Unis a, à l’occasion, présidé un méga meeting devant plus de 20 000 personnes rassemblées dans le Amway Center. Véritable chouchou pour les populations d’Orlando, M. Trump a été chaleureusement accueilli par une marée de casquettes rouges sur lesquelles il était écrit : « Make America Great Again » (Rendre l’Amérique encore plus grand). A ses côtés, son épouse, Melania, son vice-président, Mike Pence, et Karen Pence, l’épouse de ce dernier. Dans le ciel d’Orlando, flottait le célèbre « Baby Trump », un énorme ballon représentant Donald Trump en bébé en colère. Ceux des partisans qui n’ont pu accéder à la mythique enceinte de l’équipe NBA des Orlando Magics ont du se contenter des écrans géants installés aux alentours, pour que « tout le monde puisse en profiter », comme l’a tweeté le président-candidat.

Bien avant le grand show, le locataire de la Maison blanche a tenu à prévenir ses compatriotes sur le risque qu’il y a à élire un candidat autre que lui. « Si n’importe qui d’autre que moi prend les rênes en 2020, il y a aura un crash boursier comme on n’en a jamais vu », a-t-il indiqué dans un tweet. Mais, son principal thème de campagne porte sur l’immigration. Dans la nuit de lundi à mardi, Donald Trump a annoncé des expulsions de masse du territoire américain dans les tout prochains jours. « La semaine prochaine, l’ICE [United States Immigration and Customs Enforcement, la police aux frontières, NDLR] va commencer à expulser les millions d’étrangers illégaux qui sont entrés de manière illicite aux Etats-Unis », a-t-il affirmé. Un thème sur lequel il a surfé pour entrer à la Maison blanche en 2016. Comme lui-même l’a indiqué, le choix de la Floride n’est pas un fait du hasard.

Considéré comme un « Sunshine State », cet Etat porte bonheur à Donald Trump. Son vote ici a fait basculer les résultats face à Hillary Clinton, la candidate démocrate, lors de la dernière présidentielle.

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category