Circulation routière: Ces gros porteurs adeptes de l'incivisme

De par leur gabarit, certains conducteurs de ces camions rendent la route dangereuse.

La scène est devenue banale dans les rues de Douala : un camion de sable qui roule à vive allure entre les voitures en klaxonnant pour se frayer un chemin. Parfois, une moto est bousculée au passage. Au bout du compte, des blessures, des engueulades… Il y a quelque temps au marché Ndogpassi III, un gros porteur a foncé sur le terre-plein suite à une défaillance de son système de freinage. Un drame humain a été évité de justesse. Il y est resté stationné plusieurs jours, provoquant des embouteillages. « Ces chauffeurs ont le coeur gros comme leur camion. Lorsque vous voulez effectuer un dépassement, ils vous en empêchent. On est en insécurité permanente quand ces gros porteurs sont sur la route », témoigne un chauffeur de taxi.

A l’origine de ces accidents, l’incivisme des camionneurs qui ne respectent pas les normes et principes en matière de conduite en agglomération. Le mauvais état de ces engins est également pointé du doigt. « Bon nombre de ces camions sont vieux et ne méritent plus de circuler. Mais ils roulent sous le prétexte de la débrouillardise », fait remarquer Paulin, conducteur de moto-taxi. Une débrouillardise qui conduit parfois au drame à l’instar de cet autre camion dont le conteneur mal chargé a tué les deux occupants du véhicule peu après l’accident de Ndogpassi III, suite à coup de frein brutal. Pour certains de ces camions, la visite technique remonte à plusieurs années. Les pneus fortement usés crèvent à tout bout de champ. De plus, l’appât du gain amène certains de ces chauffards à consommer des stupéfiants pour « résister » à la fatigue et au sommeil. Les multiples chantiers engagés dans la ville ces dernières années constituent un facteur de risques avéré. A la délégation des Transports, une source introduite évoque le jeu trouble des syndicalistes propriétaires des centaines de camions évoluant en marge de règlementation. « Vous voyez un camion avec des pneus usés mais le chauffeur vous présente une visite technique apparemment normale. Quand nous frappons, ils parlent de tracasseries et brandissement des menaces de grève. Parfois, les chauffeurs rendent compte des pannes à leurs patrons, mais ces derniers ne semblent pas toujours y accorder du crédit. C’est ce qui est à l’origine de certains accidents et pannes », explique notre source. Les actions de sensibilisation engagées sur le terrain tardent à porter les fruits escomptés. En attendant, prudence.

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category