Accident de Baham: l'Etat au chevet des victimes

En application des instructions du Minsanté, l’Hôpital régional de Bafoussam assure depuis dimanche, 23 juin 2019 le suivi permanent des blessés.

Le visage de masque de Nadine Guemkam, laisse transparaître la douleur qu’elle ressent. Cette coiffeuse de 25 ans, est l’une des survivantes du grave accident de la circulation survenu le dimanche 23 juin aux environs de 15h, à Baham, au quartier Lagoué. « Je ne me souviens de rien. J’étais pressée de rejoindre Douala et j’ai pris ce car Coaster à Bandjoun. Nous étions en surcharge dans le véhicule et le chauffeur allait vite. Je me suis réveillée ici à l’hôpital. Je ne sais pas trop comment », résume cette dernière, victime d’un léger traumatisme et d’une fracture à la jambe.

Entre radios, examens, prise de médicaments prescrits et soutien psychologique, les 13 blessés de cet accident, actuellement internés aux urgences de l’Hôpital régional de Bafoussam n’ont pas le temps de se plaindre. Après chaque passage des médecins, le suivi continu est assuré par les infirmières en attendant l’arrivée des familles. « Nous appliquons les instructions du ministre de la Santé publique qui veut que nous mettions tout en oeuvre pour une bonne prise en charge et le suivi permanent des blessés », précise le Dr Gérard Fetsé Tama, directeur de l’Hôpital régional de Bafoussam.

Le gouverneur de la région de l’Ouest Augustine Awa Fonka, a quitté l’hôpital vers 02h, après s’être assuré de la mise en application par l’équipe médicale, des prescriptions du Minsanté, en matière de suivi et de prise en charge des accidentés. Le même soutien est accordé aux trois autres blessés restés à l’Hôpital de district de Baham et aux familles des 21 décédés dont les corps se trouvent à la morgue dudit hôpital. Certaines familles ont déjà retiré les corps des leurs pour l’inhumation. Une assistance qui n’a pas laissé indifférent Guy Magloire Mbiapo, proche d’une victime. « Je suis bien reçu, orienté et servi depuis mon arrivée. Je suis venu gérer la situation des corps du maître de 1er grade Serge Merlin Nana Nguemen, son épouse, ses deux enfants et sa belle-mère. Ils revenaient d’un deuil », confie notre interlocuteur. Une famille décimée par l’accident. Le patron de la région de l’Ouest a aussi instruit aux forces de maintien de l’ordre, plus de vigilance pour éviter la recrudescence de ces accidents en ces périodes de dense circulation.

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category