Coupe du monde féminin 2019: une page se tourne

Il va falloir reconstruire l’équipe après un tournoi où les Lionnes ont atteint les 1/8e de finale, comme en 2015.

Les Lionnes indomptables ne disputeront pas de quart de finale en coupe du monde de football féminin. Du moins pour cette édition 2019. Leur parcours s’est arrêté dimanche dernier, après leur défaite 3-0 contre l’Angleterre. Une défaite qui a laissé des traces, au vu des visages fermés dans la tanière au moment du départ hier lundi 24 juin 2019 de Valenciennes. Pour le sélectionneur national, il faut tirer les leçons d’une compétition assez décevante. Même si l’objectif était de faire aussi bien qu’en 2015 au Canada, c’est-à-dire, disputer les 1/8e de finale. Contrat rempli donc pour l’équipe.

Mais en termes de chiffres, les Lionnes ont fait moins bien. Il y a quatre ans, l’équipe avait inscrit 9 buts pour quatre encaissés. Cette fois, on en est à huit encaissés pour trois marqués. Dans le jeu également, on a vu une équipe attentiste, subissant souvent le jeu et qui avait de la peine à construire. On peut également souhaiter que les joueuses et le staff soient plus stoïques face aux décisions, même les plus injustes, du corps arbitral. Le Cameroun n’a jamais été plus dangereux que dans l’adversité. La profondeur du banc de touche interpelle aussi, tant les remplaçantes n’ont pas vraiment aidé, à l’exception d’Alexandra Takounda. Physiquement, l’équipe a manqué de tranchant et il est clair qu’il faut penser à la relève d’une génération à bout de souffle.

Mais justement, on a des joueuses sur lesquelles on peut s’appuyer car les principales satisfactions de cette compétition sont la défenseuse Estelle Johnson et l’attaquante Nchout Ajara. On ne va pas non plus faire la fine bouche sur l’attitude des Lionnes qui ont donné du fil à retordre à des équipes largement mieux classées. Le Canada a beau avoir dominé le match, il n’a pu inscrire qu’un but. Malgré le score de 3-1, les Pays Bas ont souffert face au Cameroun. La Nouvelle- Zélande, elle, a été surclassée. Et qu’aurait-été ce Cameroun-Angleterre sans certains faits de jeu qui ont frustré les joueuses ? On ne le saura jamais. La seule certitude, c’est que le potentiel est indéniable. Il ne demande qu’à être bien utilisé

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category