Mauritanie: Ce qui attend le président élu

La lutte contre le terrorisme, le redressement économique, la lutte contre les inégalités sociales et l’unité du pays figurent comme priorités dans l’agenda de Mohamed Ould Ghazouani.

Mohamed Ould Ghazouani a finalement été proclamé dimanche soir vainqueur de la présidentielle de samedi le 22 juin 2019. Selon les résultats publiés par la Commission électorale, le candidat du parti au pouvoir arrive en tête avec 52,01% des suffrages. Il est suivi par Biram Ould Dah Ould Abeid, le militant anti esclavagiste qui a obtenu 18,58 %. Tandis que Sidi Mohamed Ould Boubacar, l’ancien Premier ministre, se contente de la troisième position avec 17,87%. Quant au journaliste Baba Hamidou Kane, il s’en tire avec 8,71% des suffrages et Mohamed Ould Moloud, professeur d’histoire s’en tire avec 2,44% des voix. Du côté du pouvoir, ce résultat obtenu au terme d’un scrutin qui a connu un taux de participation de 62,66% est salué. « Félicitations au président élu Mohamed Ould Ghazouani pour la confiance que la population lui a accordée. Nous lui souhaitons tous de réussir dans son entreprise », a écrit sur son compte Twitter, Sidi Mohamed Ould Maham, ministre de la Communication. « Cela ressemble à un coup d’Etat. Nous sommes unis et nous contesterons les résultats », a lancé pour sa part, Biram Dah Abeid, l’un des candidats malheureux. L’opposition mauritanienne a promis de contester ce verdict par voie judiciaire et appelé le peuple à « résister dans les limites de la loi ».

Elu à 62 ans, cet ancien chef de l’armée fera face à différents fronts. Fidèle compagnon de Mohamed Ould Abdelaziz, le président sortant, Mohamed Ould Ghazouani devra préserver la stabilité chèrement conquise après de nombreux coups d’Etat entre 1978 et 2008. La lutte contre les inégalités sociales surtout lorsqu’on sait que 20% de la population mauritanienne est toujours traitée comme esclavage. En plus, les clivages entre riches et pauvres restent encore notoires. Le redressement du système éducatif fait aussi partie de ses multiples chantiers. Comme l’ont déploré ses adversaires, le pays compte toujours des écoles pour pauvres et des écoles pour riches. Une situation qui pour beaucoup crée des divisions au sein de la population. Le nouveau président de Mauritanie devra donc s’impliquer en faveur du vivre-ensemble et de l’unité nationale d’autant plus que les replis identitaires sont aussi avérés.

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category