Conférence générale anglophone : on consolide les bases du dialogue

Les membres de cet organe se sont réunis hier à Douala à l’effet d’examiner et d’approfondir les pistes pouvant contribuer à ramener la paix.

Une assise décisive de la Conférence générale anglophone (CGA) s’est tenue hier, 25 juin, à Douala, sous la présidence du cardinal Christian Tumi. Décisive parce que, d’après le coordonnateur et porte-parole de la CGA, Elie Smith, cette fois, les préoccupations des populations à la base ont été collectées et présentées. Des préoccupations qui reflètent les véritables aspirations qui vont consolider ce rapport.
« Nous avons un groupe de jeunes qui sont descendus sur le terrain pour collecter les problèmes des populations ordinaires. Une bonne partie de l’opinion publique a cru que la sécession est la revendication des populations du Nord-Ouest et du Sud-Ouest. Ce qui est loin d’être vrai au regard des résultats de nos investigations. Les principales préoccupations des populations à la base sont celles de l’éducation de leurs enfants, la sécurité des personnes et des biens. Ces préoccupations se situent donc à mille lieues de là », a expliqué Elie Smith à CT à l’issue d’une réunion à huis clos.
Ces préoccupations des populations à la base constituent l’une des articulations phares du rapport de 500 pages élaboré pour la cause. Notre source indique aussi que nombre de jeunes se sont laissés enrôler par des groupes séparatistes faute d’emploi. D’où l’exhortation adressée aux autorités administratives, religieuses et à la société civile, de prêter une oreille attentive aux opinions des couches vulnérables dans la procédure du dialogue. « Les chefs des différentes religions, le gouvernement, la société civile doivent participer à la construction de la paix. C’est ce que le cardinal Christian Tumi est en train de faire, mais nous avons souvent été mal compris », a-t-il relevé.
La date de la prochaine rencontre sera connue après les consultations et sensibilisation qui vont démarrer dans les prochains jours auprès des autres acteurs, dont le gouvernement. « Nous tenons à être transparents dans nos actions pour soupçons par ailleurs infondés. La Conférence générale anglophone n’a pas d’agenda caché, si ce n’est d’apporter la paix et le dialogue dans notre pays », a conclu le porte-parole et coordonnateur de la CGA
 

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category