Fourniture d’eau et d’électricité à l’Ouest : les projets du gouvernement se poursuivent

Devant les députés vendredi dernier lors d’une séance plénière de questions orales, le ministre Gaston Eloundou Essomba a apporté des éclairages sur le sujet.

La région de l’Ouest n’a pas connu d’extension du réseau électrique depuis quelques années. Conséquence, le déficit en énergie électrique se fait de plus en plus ressentir. Une crainte exprimée par l’honorable Deffo Oumbe Sangong, député du Social Democratic Front, inquiet pour le développement du tissu industriel de la région. Vendredi dernier, il a profité de la séance plénière de questions orales pour y voir plus clair. A la tribune pour apporter des éléments de réponse, le ministre de l’Eau et de l’Energie, Gaston Eloundou Essomba.
Premier élément, la fourniture d’énergie électrique dans la région n’est pas suspendue. Elle demeure constante à travers différents projets en cours. C’est le cas du projet de transport d’énergie du barrage de Songloulou à Bafoussam en passant par Bangangté. Il devrait permettre la fourniture de 225KV sur cette ligne. A ce jour, explique le Minee, le protocole d’accord avec le partenaire chinois a déjà été signé et des discussions sont en cours pour mobiliser les financements. Il existe par ailleurs un projet de construction d’une ligne monotherme entre Nkongsamba et Bafoussam. Suite la signature du contrat avec le partenaire indien, les travaux devraient débuter dans les prochains jours. Selon Gaston Eloundou Essomba, ce projet va permettre de booster l’offre en énergie. Optimisme semblable avec le projet de construction d’une ligne de transport de 400 KV entre le barrage de Nachtigal et la ville de Bafoussam. Près de 87 projets d’investissement rural évalués à environ 3 milliards de F dans le budget d’investissement public sont en cours, en plus des ressources apportées par les autres partenaires au développement. Le ministre a enfin annoncé qu’Eneo envisage d’implanter une usine de fabrication de poteaux électriques dans la région.
Autre situation présentée par le député SDF, l’approvisionnement en eau potable, surtout dans les zones rurales, ainsi que les techniques de captage d’eau qui ne semblent pas toujours adaptées à la géographie de la région de l’Ouest. Sur ce point, le ministre reconnaît les difficultés sur le terrain. Entre 2011 et 2018, 473 forages budgétisés à plus de 4,124 milliards de F ont connu un taux de réalisation de 22,6%. Ce qui s’explique par la faible capacité des acteurs intervenant dans certains marchés. De même que la rareté de la ressource en eau. En effet, l’Ouest est situé sur une zone voltaïque qui connaît des micro-séismes, autant qu’il y a une forte présence de la roche. Pour remédier à ces obstacles, le ministre des Marchés publics a prescrit une passation groupée de marchés au niveau régional depuis 2016. Par ailleurs, des études sont en cours pour identifier des sites visant à faciliter la réalisation de barrages de retenue d’eau, autant que la viabilisation des stations Camwater. A en croire Gaston Eloundou Essomba, le gouvernement envisage également de réaliser en zone rurale des forages.
 

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category