communication en temps de crise : les hommes de médias outillés

Ils ont été édifiés par des confrères de la Radio internationale BBC au cours d’un atelier de renforcement des capacités hier à Yaoundé.

En situation de crise humanitaire, les populations ont autant besoin de nourriture, d’eau, de médicaments ou d’abris, que d’accéder à l’information utile. Car une bonne information peut sauver des vies. Mais le problème ici est double : quel est le type d’information qu’il faut donner et à qui faut-il la donner ? Cette problématique a meublé les échanges au cours de l’atelier de formation ouvert hier à Yaoundé  par  Jean Urbain Zoa, secrétaire général de la Croix-rouge camerounaise. Au cours de ces travaux qui portaient précisément sur le thème : « L’utilisation des médias en appui des populations affectées par les urgences humanitaires », les facilitateurs, Jacqueline Dalton, spécialiste en communication humanitaire avec BBC Média action et Nicholas Miles, senior journaliste à BBC News ont invité les professionnels des médias à donner l’information « lifeline», c’est-à-dire l’information utile. Pour cela, il faut au préalable déterminer son destinataire qui n’est personne d’autre que la population affectée. Les facilitateurs ont convenu de la nécessité qu’il y a à communiquer pour ces populations, et non sur elles. Dès lors, « les médias humanitaires doivent indéniablement faire montre de neutralité, d’objectivité, d’impartialité. Pour manifester ces qualités, ils doivent se détacher de toutes préoccupations politiques », a insisté Jacqueline Dalton.
D’autre part, pour atteindre efficacement ces populations en détresse, il faut également savoir opérer le choix des canaux de transmission. L’on peut par exemple recourir aux leaders communautaires. Selon Jacqueline Dalton, «compte tenu de leur aura et du fait de leur bonne connaissance du terrain, ils sont souvent bien écoutés». Ce séminaire de renforcement des capacités qui s’achève demain, et auquel prennent également part les personnels du Mouvement de la Croix-rouge et du Croissantrouge et les administrations publiques, s’inscrit dans le cadre du Programme de préparation des communautés aux épidémies et pandémies (CP3). « Programme dont l’objectif est de prévenir la survenue des maladies à grande échelle et le cas échéant, à rendre les communautés plus résilientes », a indiqué  le secrétaire général de la CroixRouge camerounaise

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category