Cameroon-Ghana : les Lions se mettent la pression

Le choc de samedi dernier dans le groupe F a été indécis jusqu’au bout. L’équipe du Cameroun qui avait la qualification au bout des pieds devra encore patienter.

Présenté comme le choc du groupe F basé à Ismaïlia, le match qui a opposé les Lions indomptables aux Black Stars n’a pas tenu toutes ses promesses. On avait quelque peu redouté dès le départ que ce match au sommet soit gâché par l’enjeu, les motivations n’étant pas les mêmes pour chacun des adversaires. Blessés  dans leur orgueil après le nul face au Bénin, les Ghanéens avaient absolument besoin d’une victoire pour se relancer, contrairement aux Camerounais qui pouvaient se contenter à la limite d’un résultat de parité, en attendant de rebondir lors de la dernière journée de poule. Vaines spéculations car à force de calculer, les Lions ont parfois donné l’impression de se contenter de peu, contrairement à l’adversaire visiblement plus motivé.

Le onze entrant aura été la première surprise au coup d’envoi, avec un effectif passablement remanié par rapport au premier match. Avec la titularisation de Fai et de Bong en défense axiale en lieu et place de Tchakonté et d’Oyongo  plus excentré, en plus d’une paire d’attaque presque inédite constituée de Njié et de Toko Ekambi, Bassogog étant repositionné au milieu, en l’absence d’Arnaud Djoum, curieusement laissé sur le banc, et du capitaine ChoupoMoting, remplaçant. De toute la rencontre, une action aura particulièrement marqué les esprits et suscité beaucoup d’émotions chez les supporters camerounais. A peine entré en jeu pour les cinq dernières minutes, le ghanéen Owusu Kwabena intercepte le ballon suite à une mauvaise transmission de Kana-Biyik et s'engouffre en plein axe avant d'armer une frappe puissante qui s’écrase sur la barre transversale d’Onana qui était battu. Le Ghana rate là l’occasion de gagner le match et les Lions échappent miraculeusement à un holdup presque parfait. Défense camerounaise fébrile Ce tournant manqué est à l’image de l’ensemble du match où les occasions de but nettes (14 tirs cadrés contre 8) ont été à l’actif d’une équipe ghanéenne revancharde, plus alerte et entreprenante. Même s’ils ont eu du mal à tenir le défi physique, André Ayew et ses coéquipiers ont quadrillé systématiquement le terrain pour fermer les espaces tout en procédant par des contre-attaques rapides qui ont mis à mal une arrièregarde camerounaise où Ngadeu faisait office de principal vigile. Adeptes le plus souvent du jeu en retrait, les Lions ont toutefois produit quelques phases intéressantes de jeu qui ont failli faire mouche. A l’instar de cette tentative de Toko  Ekambi déviée par Jonathan Mensah à la 32è mn ou de la frappe de Christian Bassogog stoppée peu avant la pause par Richard Ofori, le portier ghanéen. Pour le reste, on a eu peu de choses à se mettre sous la dent. Malgré leur légère supériorité dans la possession du ballon, les Camerounais  se sont montrés assez brouillons, avec une ligne d’attaque peu complémentaire et lucide dans le dernier geste. Au coup de sifflet final, les Lions pouvaient enfin souffler, tant les 5 dernières minutes ont été éprouvantes.

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category