CAN Total: Les lions qualifiés pour les 8e de finale

Un match affligeant face au Bénin mardi, 2 juillet 2019 s'est achevé par un nul (0-0).

Le match des occasions manquées. Telle peut se résumer la rencontre qui a opposé mardi, 2 juillet 2019 le Cameroun au Bénin dans le cadre de la dernière journée du groupe F. Comme pour déstresser, les Lions avaient commencé le match dès les vestiaires du stade d’Ismaïlia en entonnant des chants d’allure martiale à trois quart d’heure du coup d’envoi. Cette ambiance mi-concentrée et mifestive reflétait en quelque sorte la détermination qui animait les Lions au moment d’aborder cette rencontre décisive dont l’issue allait déterminer leur avenir dans la compétition. Le match nul vierge ayant sanctionné la partie traduit à lui seul le caractère indécis d’une confrontation au cours de laquelle personne n’a voulu vraiment prendre des risques. Pour cette ultime sortie dans le groupe F, le coach Clarence Seedorf dont les nombreux changements opérés face au Ghana avaient suscité des commentaires, a opté pour une composition assez proche de celle du premier match. Avec le retour en défense de Yaya Banana pour suppléer Michael Ngadeu et Arnaud Djoum qui a quitté son poste de prédilection alors qu’Oyongo était transformé le milieu défensif. Cette décision de bétonner le milieu de terrain avec quatre éléments dont Kundé Malong, titularisé d’entrée, semblait traduire le souci du coach de couper l’équipe adverse en deux pour priver de bons ballons les attaquants réduits à courir dans tous les sens.

Les deux équipes ont démarré le match tambour battant. Très vite, on a compris qu’il n’y aurait pas de round d’observation. Malgré l’enthousiasme de départ des Béninois qui obtiennent un corner dès la 2è minute, les meilleures occasions ont été camerounaises dans le premier quart d’heure. Comme ce centre de Fai repris par Toko-Ekambi à la 5è minute ou se coup franc obtenu à la 15è minute à l’entrée de la surface béninoise qui rase le poteau. Au fil des minutes, le capitaine Choupo-Moting, surveillé de près, va s’affirmer comme l’organisateur du jeu camerounais. Ses dribbles et multiples centres au caviar trouvent rarement preneurs. Comme sur cette percée dans la surface qui débouche sur un tir écrasé à la 22e minute, cette succession de corners pour le Cameroun repoussés par la défense adverse ou ce ballon lobé à la 25è minute pour Bahoken qui s’emmêle les pédales. Il y a comme un manque de liant ou de complicité au niveau de la ligne d’attaque où chacun se la joue solo. Résultat : les Camerounais ont beau dominé dans la possession du ballon avec plus de 60 % à la demi-heure de jeu, ils se montreront jamais menaçants jusqu’à la pause. C’est même le Bénin qui manque d’ouvrir le score sur un cafouillage consécutif à un coup franc bien placé de Sessegnon qui traverse toute la surface avant d’être capté par Onana.

La seconde manche est à l’image de la première. Les Lions continuent à pousser. Ils assiègent même littéralement le camp adverse mais les multiples tirs manquent de précision. Au fil des minutes, les Béninois qui semblent vouloir se contenter d’un match nul, sombrent progressivement dans la torpeur. Malgré quelques escarmouches dangereuses comme ce coup franc de la 77è minute, ils vont se recroqueviller progressivement dans leur camp et procéder par contre-attaques. Le jeu va se poursuivre sur un faux rythme. Les changements opérés côté camerounais avec l’entrée en jeu de Njie, Boumal et Bassogog n’apporteront rien de nouveau.

Dans l’ensemble, le match n’a pas été emballant. Au moment d’aborder le second tour, où les attend le Nigeria, Clarence Seedorf et ses poulains devront montrer autre chose s’ils veulent aller plus loin dans cette compétition.

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category