Cameroun-Nigéria: le duel des prédateurs

Le duel de samedi entre Lions et Aigles s’annonce à la fois impitoyable et indécis

Le Cameroun et le Nigeria s’affrontent samedi 6 juillet 2019 à Alexandrie dans le cadre des 8e de finale de la CAN 2019. Au-delà du principal enjeu qui reste la qualification pour les quarts de finale, ce match très attendu comporte une forte charge symbolique. En plus d’être des voisins au plan géographique, les deux pays figurent parmi les poids lourds du football africain. A eux seuls, ils ont remporté huit trophées continentaux dont cinq pour le Cameroun (1982, 1988, 2000, 2002, 2017) et trois (1980, 1994, 2013) pour le Nigeria. Par ailleurs, ces deux adversaires se connaissent bien pour avoir déjà disputé deux finales de CAN, remportées par les Lions indomptables en 1984 et 2000. Sur le plan des confrontations directes au plus haut niveau, le Cameroun conserve donc un avantage certain. Mais avec le temps, beaucoup d’eau a coulé sous les ponts. Autrefois considérée comme une véritable bête noire, l’équipe du Cameroun est devenue de plus en plus accessible au Nigeria qui l’a battu à maintes reprises en match amical par des scores sévères, comme ce 3-0 infligé en mars 2015 à Bruxelles. Samedi donc, ça sera une autre paire de manche.

Les deux équipes qui se respectent peuvent compter sur leurs qualités et atouts. Sous la houlette du technicien allemand Gernot Rohr, l’équipe du Nigeria est devenue une redoutable machine. Elle dispose de nombreux éléments expérimentés à l’instar d’Ighalo, Iwobi et consorts, capables de faire la décision à tout moment. Seul bémol : les Super Eagles souffrent d’une stérilité offensive chronique dans cette CAN où ils se sont contentés jusqu’ici du service minimum. C’est d’ailleurs l’une des attaques les moins prolifiques du tournoi. (2 buts en trois matchs). Les joueurs pèchent aussi parfois par des lacunes au plan physique et tactique. La défense, trop attentiste, est aussi un sujet de préoccupation comme on l’a constaté lors du match contre Madagascar (0-2) au premier tour. Si du côté camerounais la défense a rassuré jusqu’ici en n’encaissant aucun but, les Lions marquent aussi très peu (deux buts seulement lors du premier tour). Une lacune que l’encadrement technique se doit de combler au plus vite. Pour ce match, Clarence Seedorf doit pouvoir tirer le meilleur d’un effectif assez riche, notamment au niveau du casting d’attaque. Il faut pour cela abandonner des formules expérimentales pour revenir à certains fondamentaux. D’aucuns estiment qu’il serait plus judicieux de s’appuyer en priorité sur le noyau dur qui a qualifié l’équipe pour la phase finale. Globalement, la rencontre s’annonce à la fois intense et indécise. Les premières minutes pourraient être éprouvantes pour les Lions qui ont l’habitude de démarrer en mode diesel. Il faudra être aussi psychologiquement costaud pour résister aux éventuelles provocations. Compte tenu de l’enjeu, les deux équipes pourraient être tentées de jouer la prudence, guettant la moindre faille pour porter l’estocade. Ce type de match très serré pourrait basculer sur le moindre détail. Vigilance donc!

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category