Préparation du budget 2020-2022 : les députés s’expriment

C'était au cours d'une séance plénière inédite lundi 8 juillet 2019 au cours de laquelle, les élus ont fait part de leurs suggestions et émis leurs réserves par rapport à l’orientation budgétaire de l’Etat.

Les échanges ont duré cinq heures. Pour attirer l’attention du gouvernement sur ce qu’ils considèrent comme les priorités pour le pays, les députés ne se sont pas privés lundi, 8 juillet 2019. Pour ce premier exercice dans l’histoire de l’Assemblée nationale et la vie parlementaire, ils ont leur mot à dire sur la préparation du budget du Cameroun. Cet exercice s’est déroulé au cours d’une séance plénière présidée par Cavaye Yeguié Djibril. Au banc du gouvernement, Louis Paul Motaze, ministre des Finances, Alamine Ousmane Mey, ministre de l’Economie, de la Planification et de l’Aménagement du territoire, ainsi que François Bolvine Wakata, ministre délégué à la présidence chargé des Relations avec les Assemblées. Avant que l’ensemble des députés ne prenne la parole, l’honorable Koa Luc a présenté le rapport de la commission des Finances et du Budget à l’issue des travaux tenus la veille, dimanche 7 juillet. Tout en présentant les grandes lignes de cette orientation budgétaire, notamment les prévisions du gouvernement pour les trois années à venir, le député a lu quelques recommandations de ladite commission. Entre autres, l’allocation de moyens substantiels pour le développement de la culture des produits de grande consommation et les produits d’exportation à travers de grands pôles agro-industriels, des agropoles et la modernisation de la culture familiale ; la mise en place d’une fonction publique locale et le renforcement des capacités des élus locaux et des personnels des collectivités territoriales décentralisées ; la rationalisation des subventions allouées à certaines entreprises publiques ; la mise en application effective de l’article 66 de la Constitution relatif à la déclaration des biens ; l’érection de la Chambre des comptes en Cour des comptes ; la nécessité de mener une réflexion sur la possibilité d’adopter une monnaie en zone Cemac.

Pour la plénière de lundi, les députés ont étendu ces préoccupations. Par exemple, quid de la pénurie de devises qui ralentit l’activité économique et peut contrarier ces prévisions ? Et les projets non exécutés dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest du fait de la situation qui y sévit ? Tout comme l’allocation santé qui devrait être revue à la hausse. Et enfin, qu’en est-il de la véritable orientation idéologique du Cameroun, qui semble reposer, selon l’honorable Bapooh Lipot, sur le capital, plus que sur l’aspect communautaire. Des préoccupations pour lesquelles les membres du gouvernement ont apporté des réponses, rappelant que ce débat n’a pas pour but d’entrer dans le détail des projets. Ils seront présentés lors de la présentation de la loi de finances avec l’allocation pour chaque département ministériel.

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category