Coopération université - entreprises: les encouragements de la Francophonie

Jean-Paul de Gaudemar, recteur de l’Agence universitaire de la Francophonie, était à l’IUT mercredi, 10 juillet 2019 pour constater la mise en oeuvre du projet.

Voir de près les avancées du projet de Plateforme de coopération université entreprises (PCUE) implanté à l’Institut universitaire de Technologie (IUT) de l’université de Douala. C’était l’objectif de la visite de travail de Jean- Paul de Gaudemar, recteur de l’Agence universitaire de la francophonie (AUF), mercredi 10 juillet 2019, deux ans après sa dernière mission à l’IUT de Douala. En 2017, on en était aux prémices du projet dont l’idée était de savoir comment faire pour rapprocher le monde académique et son écosystème, particulièrement le monde économique. Avec un impact attendu sur la qualité des enseignements délivrés, l’employabilité et l’insertion professionnelle future des étudiants, ou encore développement des entreprises.

Read also : Médias : la crédibilité de l’information en question

Lors de cette descente de février, M. de Gaudemar avait pu observer les premiers résultats de ce qui était alors le laboratoire de Chimie industrielle et pharmaceutique de l’IUT. Une unité enrichie, aujourd’hui transformée en laboratoire de contrôle qualité des produits agro-alimentaires, parapharmaceutiques et cosmétiques, qui a de nouveau reçu la visite du recteur de l’AUF. Cette matérialisation de la démarche de mutualisation des moyens et des équipements entre l’université et l’entreprise, avec un financement de l’Agence, a rencontré la satisfaction de l’hôte du jour : « On a une plateforme avec des équipements d’un niveau scientifique tout à fait exemplaire, à la pointe. C’est formidable. On voit les perspectives que ça ouvre pour beaucoup d’autres filières ».

Read also : Oil Transportation : New Quay Goes Operational

En ce qui concerne l’ouverture, le Pr Jacques Etamè, directeur de l’IUT de Douala, a rappelé que le projet est multi-sites et est aussi expérimenté à l’IUT de l’université de Ngaoundéré. « L’ambition n’est pas seulement locale ; c’est pour cela que deux autres pays de la sous-région Afrique centrale sont concernés, le Gabon et le Tchad », a-t-il ajouté. Il a par ailleurs invité les instituts privés d’enseignement supérieur (IPES) à rejoindre la plateforme. Instituts qui étaient d’ailleurs présents mercredi lors des deux réunions de travail tenues par le recteur de l’AUF au campus de l’IUT à Ndogbong. Egalement présents, les partenaires d’entreprises, notamment l’organisation patronale Ecam.

Read also : Animation politique : les médias à la rescousse

Ensemble, les acteurs de la plateforme ont écouté la présentation du PCUE par le responsable du projet, le Pr Emile Minyaka, qui a notamment évoqué quelques résultats comme la formation, par projet, qui a abouti au développement par les étudiants de produits et process, dont le contrôle qualité est assuré par eux-mêmes au sein du labo. Produits exposés lors de la visite. Certains ont été consommés par les invités.

Read also : Conseil d’administration : Blaise Moussa aux commandes

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category