Dépenses publiques dans les universités : il faut plus de rigueur

Le ministre des Finances a lancé hier des ateliers de formation des gestionnaires à Yaoundé.

De nombreuses fautes de gestion et d’irrégularité dans les dépenses courantes ont été constatées dans les universités d’Etat du Cameroun. Dans le même ordre d’idées, l’on a relevé la non-priorisation des investissements publics dans ces institutions. Afin de restreindre et surtout de rationaliser les dépenses publiques de l’Etat et réduire le train de vie, le ministre des Finances (Minfi), Louis Paul Motaze a lancé hier à Yaoundé, des ateliers de formation sous le thème : « Techniques de gestion des finances publiques et amélioration de la gouvernance financière au sein des universités d’Etat », à l’endroit des responsables impliqués.
Accompagné de son homologue, Jacques Fame Ndongo, ministre d’Etat, ministre de l’Enseignement supérieur, le Minfi a indiqué que les composantes du triptyque responsabilité, efficacité et efficience devraient impérativement être rehaussées. Ces trois qualités devraient également constituer les maitres-mots d’une gestion axée sur les résultats. Il a cependant souligné que ces objectifs ne sauraient être atteints que si une politique budgétaire conséquente, basée sur un respect rigoureux de la discipline budgétaire est appliquée. 
A cet effet, les différentes lois du Cameroun sur la logique dans la gestion de ses finances publiques ont été rappelées aux participants. Il s’agit notamment de la loi portant régime financier de l’Etat et abrogée par les lois du 11 juillet 2018 portant respectivement code de transparence et de bonne gouvernance des finances publiques au Cameroun, et régime financier de l’Etat et des autres entités publiques. A ce sujet, Louis Paul Motaze a insisté sur la principale innovation et l’introduction d’une nouvelle philosophie de gestion caractérisée par le passage d’une logique de moyens axée sur la recherche de la régularité budgétaire à une logique de programme tournée vers l’efficacité et la performance de l’action publique. Il est donc question pour les hauts responsables des universités d’Etat de cerner de manière spécifique, au travers des divers exposés, la maîtrise de la dépense publique et la recherche de la qualité pour les économies substantielles dans l’exercice de leurs fonctions. La série d’ateliers de formation va se poursuivre dans les prochains jours dans les différentes universités.
 

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category