Fonction publique : 5411 postes à pouvoir en 2019

Des chiffres donnés vendredi dernier à Bafoussam par le ministre Joseph LE, qui a également présenté le bilan de la saison des concours en 2018.

Bafoussam est la sixième destination de cette caravane pour une fonction publique de proximité. Après Yaoundé, Ebolowa, Ngaoundéré, Bertoua et Douala, le ministre de la Fonction publique et de la Réforme administrative (Minfopra), Joseph LE, a donné son traditionnel point de presse dans la capitale régionale de l’Ouest. Thème : Bilan de la saison des concours 2018 et perspectives pour 2019. Sous le regard des usagers et en présence du gouverneur de la région de l’Ouest, Awa Fonka Augustine.
Sur les recrutements
L’accès dans les différents cadres et catégories des personnels de l’Etat relève de la responsabilité du Minfopra. Les conditions d’accès sont prévues dans le statut général de la Fonction publique de l’Etat et les modalités indiquent deux types de recrutement : soit à la suite d’un concours direct, soit sur titre, suite à un concours de bourse. La courbe d’évolution des recrutements présente ainsi une baisse entre 2014 et 2017, et l’embellie revient en 2018 avec 5179 postes pourvus. Au regard des 36 arrêtés signés pour l’ouverture de 92 concours, 5411 postes sont disponibles en 2019. Soit une augmentation de 232 places.
Secteurs pourvus
En 2018, la mise en œuvre du plan triennal de recrutement élaboré par le Minfopra et approuvé par les services du Premier ministre a permis l’organisation d’un recrutement spécial à l’Enam de la deuxième vague de 30 élèves-greffiers et 50 auditeurs de justice d’expresison anglaise. 440 autres places ont été pourvues grâce aux concours classiques d’accès à cette école. Par ailleurs, les concours directs ont permis le recrutement de 3089 Camerounais dans les domaines de l’agriculture, des pêches et industries animales, contrôleurs adjoints et commis du Trésor, éducation, documentation, information, mines et géologie, traduction et interprétation, informatique et téléinformatique.
Perspectives pour l’embellie
Sous la sanction préalable du premier ministre, deux critères sous-tendent les recrutements à la fonction publique ; les besoins exprimés par les administrations et la soutenabilité budgétaire. A ce jour, Joseph LE évalue à près de 260 000 le nombre de fonctionnaires et d’agents de l’Etat, soit un taux de renouvellement de plus de 70% depuis la reprise des processus de recrutement en 2006. Pour améliorer ces résultats, le ministère a mis en œuvre plusieurs stratégies : la préparation d’un plan annuel de recrutement ; la multiplication des canaux d’information sur les concours (médias traditionnels, sites web, réseaux sociaux) ; la décentralisation des sites de soumissions des dossiers de candidature et des centres d’examen ; l’unicité du dossier de concours et d’intégration ; et enfin, l’établissement collectif des certificats de prise de service pour faciliter la prise en compte dans le fichier solde de l’Etat.
 

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category