CAN 2019 : l’Algérie sacrée

Les lampions de la 32è coupe d’Afrique des nations se sont éteints vendredi au Caire sur une victoire des Fennecs (1-0) qui remporte face au Sénégal leur deuxième titre continental.


L’édition 2019 de la CAN aura donc porté bonheur à l’Algérie. Un seul petit but marqué dès les premières secondes du match de la finale contre le Sénégal (1-0) aura suffi aux Fennecs pour inscrire une deuxième étoile à leur palmarès, 29 ans après le premier trophée gagné en 1990 à domicile. Les gradins du Stade international du Caire d’une capacité de 75000 places se sont remplis progressivement des heures avant le coup d’envoi. Avec en première ligne, des supporters sénégalais et surtout algériens venus par charters entiers la veille. Avant le plat de résistance, l’assistance a eu droit à une cérémonie de clôture grandiose.  
On attendait monts et merveilles de cette finale dirigée par un trio arbitral camerounais, avec au sifflet comme central, Alioum Alioum. Inédite en soi, la grande affiche du jour mettait aux prises deux équipes très motivées. Alors que l’Algérie voulait remporter son deuxième titre continental, le Sénégal nourrissait le rêve de toucher le Graal pour la première fois. Deux ambitions légitimes qui expliquent largement le caractère très heurté d’une rencontre qui n’aura pas tenu toutes ses promesses, le duel au sommet entre l’Algérien Mahrez et le Sénégalais Sadio Mané n’ayant pas eu lieu. Alors qu’on attendait un match très tactique, voire fermé, à l’issue incertaine, la situation s’est débloquée plus tôt que prévu. On jouait moins de deux minutes lorsqu’une frappe de l’Algérien Bounedjah a été déviée par le Sénégalais Salif Sané pour aller se loger dans la lucarne du portier Gomis trop attentiste sur le coup. Sonnés, les Sénégalais mettront du temps à s’en remettre.  Ils vont ensuite tout donner pour revenir au score. En vain, car la possession de balle supérieure (59 %) et l’accumulation des corners n’auront été d’aucun secours, tout comme les percées offensives de N'Diaye ou Mané. 
Le sélectionneur de l’Algérie, Djamel Belmadi, a joué la prudence après l’ouverture du score en faisant reculer d’un cran son équipe et en laissant l’initiative du jeu à l’adversaire qui n’a pas su en profiter malgré de nombreuses occasions de but sur corners ou coups francs. Plus présents dans les duels, les Algériens n’ont pas fait de cadeau à leurs adversaires, quitte à commettre de nombreuses fautes. L’erreur des Sénégalais qu’on peut aussi assimiler à un coup du sort, c’est de n’être pas être entré assez vite dans une partie où la moindre erreur d’inattention se paye cash. Première à se disputer à 24 équipes, la CAN qui vient de s’achever est la plus prolifique à ce jour, avec 102 buts marqués. Deux joueurs se sont particulièrement illustrés : le Nigérian Odion Ighalo dans le rôle de meilleur buteur (5 réalisations) et l’Algérien Ismail Bennacer, élu meilleur joueur du tournoi. 
 

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category