Pme locales : les performances s’améliorent

Une visite gouvernementale vendredi dans des industries basées à Douala a permis d’apprécier leurs progrès.

Sur les 730 Petites et moyennes entreprises (Pme) membres de la Bourse de sous-traitance et de partenariat (Bstp) du Cameroun, huit ont été sélectionnées pour laa visite du ministre des Petites et moyennes Entreprises, de l’Economie sociale et de l’Artisanat (Minpmeesa), Achille Bassilekin III le 19 juillet dernier à Douala. Il était accompagné du chef de délégation de l’Union européenne, Hans Peter Schadek. Pour un périple en deux phases : la descente sur le terrain dans quatre industries et les échanges en salle avec les quatre autres entreprises sélectionnées. 
Cette visite intervient dans un contexte précis, comme on l’explique à la Bstp : dans le cadre du 11e Fonds européen de Développement (Fed), il y a des financements en cours et il est question, sur la base des discussions avec les Pme et des difficultés qu’elles rencontrent, de savoir comment orienter ces enveloppes. Les propos de Hans Peter Schadek renforcent cet objectif : « Il s’agissait d’écouter, observer, voir ce que nous pouvons utilement faire. Il y a un certain nombre de projets qui sont en train d’être lancés ou en préparation dans le domaine de l’appui à la compétitivité, de l’appui à la Pme camerounaise. Donc c’est certainement instructif de tenir compte des éléments qu’on a pu collecter. »
Le chef de délégation n’a pas manqué de dire son admiration face au dynamisme « impressionnant » des entrepreneurs dans les différents secteurs d’activités : « J’ai surtout retenu que c’est possible de réussir avec une Pme. Il y a des entreprises qui ont commencé il y a douze, quinze ans de cela et aujourd’hui ont parfois des centaines d’employés. Donc c’est extrêmement encourageant de voir qu’une telle réussite est possible. » Réussite comme le groupe de travail a pu observer par exemple à CCMM, Pme spécialisée dans la construction métallique ou de matériel de transport, comme les bus. Là-bas, comme dans les autres industries, l’une des doléances est la nécessité de réduire les importations sur le marché afin que les locaux puissent écouler leurs produits.
Le ministre de son côté a évoqué les actions que le gouvernement compte poursuivre et même renforcer pour accompagner encore mieux les Pme : « Cela suppose le développement des chaînes de valeur et par conséquent la capacité à mettre nos Pme/Pmi en situation de pouvoir répondre aux besoins et aux attentes des donneurs d’ordre internationaux, des multinationales et autres ».  
 

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category