Lutte contre la spéculation : des marchandises saisies

Des tonnes de riz, de sucre et de sel ont été sorties des marchés de Yaoundé par des équipes du Mincommerce.

Malgré les descentes et saisies effectuées par les éléments de la Brigade nationale des contrôles et de la répression des fraudes du ministère du Commerce (Mincommerce) dans les marchés, l’on constate que les consommateurs continuent de se plaindre de la spirale de la hausse des prix des denrées de première nécessité sur ces sites. Une situation qui oblige depuis quelque temps les équipes à investir de jour comme de nuit les marchés de la capitale pour vérifier le respect des prix et de la qualité des marchandises. 
Ces derniers jours, une grosse prise a été faite dans les marchés. Près de 700 sacs de 25 kilogrammes de riz, 200 sacs de sel et une tonne et demi de sucre en morceau et en poudre ont été saisis sur ces sites. Selon le délégué régional du Centre du Mincommerce, Alain Romuald Ombede Nama, plusieurs motifs sont à l’origine de cette saisie. Il y a d’abord la majoration illicite des prix sur les marchandises par des opérateurs véreux. La propension des marchands à reconditionner systématiquement le riz 25% de brisures en riz 5 % de brisures. « Ils transvasent le 25% dans les sacs de 5% pour tromper les consommateurs, en revendant ce produit plus cher », précise le délégué régional. Autre cause : la vente du riz non conforme à la norme. A cela s’ajoute le défaut de marquage de prix sur les étalages et du pourcentage de brisures sur les emballages et même de mélange de plusieurs catégories de riz. Il y a donc tromperie du consommateur sur la marchandise. L’on note que la valeur commerciale représentée par ce stock saisi est évalué à plus de 10 millions de F. 
Pour ce qui est de la spéculation, l’on note par exemple que le kilogramme de riz est proposé entre 450 F et 500 F au lieu de 390 F. Le paquet de sucre en poudre est vendu à 700 F et celui en morceau à 750 F contre 650 F et 700 F. Cette spéculation grandissante a amené les équipes de brigade de contrôle du Mincommerce à accentuer les descentes sur les marchés. Il est aujourd’hui question d’occuper en permanence le terrain pour traquer les commerçants sans scrupules. 
La marchandise saisie se trouve dans les locaux de la délégation régionale depuis une semaine. Les contrevenants quant à eux devraient payer des amendes. Des pénalités estimées entre 5% et 10% du chiffre d’affaires de la marchandise saisie. Selon Romuald Nama, le montant des amendes sera désormais amplifié surtout pour les récalcitrants.
 

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category