Université de Ngaoundéré : Aboubakar Sarki en poste

Nommé le 11 juillet dernier, le nouveau président du conseil d’administration de cette institution, a été installé dans ses nouvelles fonctions lundi dernier.

L’amphi 750 de l’université de Ngaoundéré a déroulé, lundi dernier, le tapis rouge au Dr Aboubakar Sarki. Le nouveau président du conseil d’administration (PCA), nommé le 11 juillet dernier par le chef de l’Etat, a été installé dans ses nouvelles fonctions par  le ministre d’Etat, ministre de l’Enseignement supérieur, le Pr. Jacques Fame Ndongo. Ancien ministre de l’Elevage, des Pêches et des Industries animales de 2004 à 2011, il remplace à ce poste le Dr Hamadjoda Adjoudji, décédé le 06 novembre 2018. A l’entame de son propos, Jacques Fame Ndongo, a rendu un vibrant hommage au Dr Hamadjoda Adjoudji, premier PCA de l’université de Ngaoundéré, poste créé en 2005. Il a souligné que le Dr Aboubakar Sarki remplace une « icône de l’administration camerounaise qui a laissé une œuvre magnifique et inoubliable à l’université de Ngaoundéré ». Il a souligné que le nouveau PCA a le « devoir de réussir » parce qu’il a les « compétences nécessaires ». Haut commis de l’Etat, âgé de 66 ans, Aboubakar Sarki, originaire de Tignère dans le  département du Faro-et-Déo, est un digne fils de l’Adamaoua. Docteur vétérinaire de haut vol, il a passé l’essentiel de sa carrière au sein de la Société de développement et d’exploitation des productions animales (Sodepa) avant d’entrer au gouvernement. 


Read also : Chracerh : cinq ans de lutte contre l’infertilité

Directeur de ranch, directeur commercial, celui qui a occupé les fonctions de DG de la Sodepa de 1999 à 2004, est un spécialiste chevronné des questions d’élevage. Il a désormais la charge de veiller sur la communauté universitaire de Ngaoundéré peuplée de plus de 25000 personnes. Le Minesup lui a prescrit « l’équité et la probité dans la gestion ». Il lui a demandé de chercher toujours « l’excellence académique ». Jacques Fame Ndongo a surtout recommandé au promu la « concertation permanente » avec le recteur de cette institution universitaire, le Pr. Uphié Chinje Melo, les autres maillons de la chaîne et les autorités administratives locales au premier rang desquelles le gouverneur de la région de l’Adamaoua. L’éclat de cette cérémonie a été rehaussé par la présence d’une forte élite locale et des lamibé. Jacques Fame Ndongo a présenté l’université de Ngaoundéré comme étant « l’université d’Etat ayant l’offre de formation la plus diversifiée ». Elle compte treize établissements (grandes écoles et facultés confondues). Ces derniers mois, cette institution universitaire, à travers l’Ecole des Sciences et Médecine vétérinaire  (ESMV), secouée par les mouvements d’humeur des étudiants à répétition, a fait une mauvaise publicité à l’université de Ngaoundéré. Après la séance de travail présidée par le Minesup le 18 avril dernier, le calme est revenu au campus de Dang. Pour le nouveau PCA, il s’agira de « relever le défi managérial et scientifique » mais aussi de consolider ce calme et de travailler au maintien de la paix. « Sa préservation doit être la priorité », a instruit Jacques Fame Ndongo.


Read also : Fichier solde et personnels de l’Etat : l’assainissement en permanence

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category