Football : les nouvelles règles font encore débat

Le pied du gardien sur la ligne au moment du penalty ou encore la suppression de l’intentionnalité de la main ne font pas l’unanimité après leur entrée en vigueur.

Un mois après l’entrée en vigueur des modifications de certaines lois du jeu validée par l’International Football Association Board (IFAB), l’organe qui régit les règles du football, et la FIFA, le débat fait encore rage.  Notamment au sujet de la loi qui impose aux gardiens de garder au moins un pied (au lieu de deux par le passé) sur la ligne de but lorsqu’un penalty est frappé. On se souvient que lors de l’entrée en vigueur à l’occasion de la coupe du monde de football féminin en juin dernier, les polémiques avaient entaché l’arbitrage. Il y a notamment eu le penalty retiré par la France contre le Nigeria parce que la gardienne des Super Falcones n’avait pas respecté la nouvelle règle.  La polémique a été telle que la FIFA avait décidé de suspendre le carton jaune automatique pour le gardien coupable du non-respect de la règle.
L’IFAB vient d’annoncer que cette règle ferait l’objet d’une discussion formelle. « Nous l’examinerons et discuterons des retours d’expérience des récentes compétitions, où la nouvelle loi a été correctement appliquée. À la Copa America, huit penalties ont été sauvés, aucun n’a été retiré car les gardiens ont gardé au moins un pied sur la ligne. Il est donc important de faire un bilan des faits », a ainsi déclaré un responsable de l’instance sur les antennes de la chaîne Sky sports. A noter que la question du carton jaune prévu dans ce cas sera également discutée. Il faut signaler que les compétitions qui ont suivi la coupe du monde féminine à l’instar de la Copa America et de la Coupe d’Afrique des nations n’ont pas connu de polémiques liées à la position du gardien au moment du penalty. 
Mais c’est une autre modification des règles qui a créé problème. La FIFA a en effet décidé de supprimer l’intentionnalité de la main. Logiquement, toute faute de main, volontaire ou pas, doit être sanctionnée par un penalty. Mais comme on l’a vu lors de la dernière CAN, les arbitres continuent de juger l’intention de départ. Après avoir sifflé en faveur du Sénégal sur une main algérienne dans la surface en finale, Alioum Sidi, le central, s’est ravisé après l’intervention de la VAR, estimant que la main n’était pas décollée du corps. Une situation similaire vécue lors de Sénégal-Tunisie, avec un penalty refusé alors qu’il semblait évident pour une main sénégalaise. L’IFAB a d’ailleurs apporté des précisions pour expliquer qu’il reste des situations où la faute n’est pas automatique. Dans tous les cas, on n’a pas fini d’entendre des plaintes et la FIFA devra forcément en tenir compte au moment de l’évaluation.
Pour rappel, les modifications adoptées en mars dernier concernent plusieurs autres points. Désormais, les joueurs remplacés doivent quitter le terrain par la démarcation la plus proche tandis que les officiels des équipes pourront recevoir des cartons jaunes et rouges. Tout comme les joueurs qui perturbent les murs adverses lors des coups francs seront sanctionnés.
 

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category