Bertoua : des restrictions pour les motos-taxis

Le gouverneur de l’Est vient d’interdire la circulation de ces transporteurs entre minuit et 6h.

Le 19 juillet 2019, la circulation avait été perturbée dans la ville de Bertoua. Les moto-taxis de la ville et ses environs, comme un seul homme, avaient décidé de garer leurs outils de travail, pour protester contre le meurtre d’un des leurs la nuit d’avant. Une perte qui s’ajoutait à une série d’autres dont ces professionnels étaient victimes. D’après Souley Manou, président régional de Syndicat des motos taxis de l’Est (Synamotc), en l’espace d’une semaine, au moins cinq de leurs membres ont été tués par des hors-la-loi. Les autres usagers ne sont pas épargnés de ces coups. Dernier cas en date, un fonctionnaire des douanes, lâchement assassiné le weekend dernier, alors qu’il venait à un mariage d’un proche à Bertoua.
 A la suite de ce tableau, le gouverneur de l’Est, Grégoire Mvongo a convoqué toutes les parties prenantes autour d’une plateforme de dialogue, en vue de trouver les voies et moyens pour réduire la criminalité qui prenait déjà des proportions inquiétantes. En conséquence : « Suite à la montée en puissance de la criminalité dans les villes de Bertoua et Mandjou », l’autorité administrative informe les populations que « la circulation des motos taxis est interdite sur toute l’étendue de ces agglomérations de minuit à 6h », indique la décision, signée le 30 juillet dernier. Laquelle vient donc comme un écho favorable aux multiples cris d’alarme des populations. 
En effet, selon les enquêtes, des différentes parties impliquées, ces assassinats et meurtres sont perpétrés la nuit, beaucoup plus entre minuit et 4h. « Nous sommes ravis de cette décision. Ça rentre en droite ligne de la préoccupation de Synamotac. Cette mesure peut aider à ramener la sécurité dans la ville. Il faut voir les choses dans leur globalité », apprécie Souley Manou. Pour ce syndicaliste, « cette mesure ne posera pas de problème parce que si un passager rentre du voyage tard, il peut attendre à l’agence ou emprunter un taxi. C’est dans notre intérêt que cette restriction soit respectée par tous les conducteurs de moto-taxi. ». D’ailleurs, une fois au courant de cette mesure, le Synamotac a commencé à sensibiliser les camarades qui travaillent la nuit en vue de son application. A Bertoua, on dénombre environ 8000 conducteurs de moto, dont certains ne sont pas identifiés. Il s’agit là d’un autre chantier en cours, qui pourrait donner plus de relief à la mesure prise. 
 

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category