Performances des entreprises publiques : on veut y voir clair

Des avis de recrutement des consultants devant auditer Camair-Co, Cicam et Camwater viennent d’être lancés.

Trois entreprises pour commencer. Elles devront être auditées pour une amélioration de leurs performances et par là, pour la réduction des risques budgétaires. Dans les avis de sollicitation à manifestation d’intérêt, le ministère des Finances par le biais de la Commission technique de réhabilitation des entreprises du secteur public et parapublic lance le recrutement des consultants en vue de la réalisation de l’étude-diagnostic de Cameroon Airlines Corporation et Cameroon Water Utilities. Quant à la cotonnière industrielle du Cameroun (Cicam), c’est plutôt un audit de son contrat plan avec l’Etat qui sera effectué.
Le contexte
« Ces activités sont mises en œuvre dans un contexte particulier », indique d’entrée de jeu Martial Valery Zang, président de la Commission technique de réhabilitation des entreprises du secteur public et parapublic. Le premier élément de contexte est la réforme des entreprises publiques, décidée par le président de la République à travers la promulgation des lois de juillet 2017 et dont les textes d’application ont été récemment signés. Une  réforme qui selon Martial Valery Zang, vise à améliorer la performance des établissements publics en mettant un accent sur la qualité du service public. D’un autre côté, ces mêmes réformes visent à améliorer la compétitivité des entreprises. Il y a également les engagements pris par le Cameroun dans le cadre du programme économique et financier avec le FMI adossé sur la facilité élargie de crédit. Le Cameroun s’est promis d’améliorer la viabilité des entreprises publiques.  
Les objectifs 
Si pour le moment, trois  entreprises ont fait l’objet d’appel à manifestations du fait de plusieurs contraintes, notamment budgétaires, la Commission technique de réhabilitation des entreprises du secteur public et parapublic, fait savoir que plusieurs autres suivront dans les prochains jours. Pour l’heure, ce sont des structures à fort potentiel qui retiennent l’attention de la Commission autant pour les études-diagnostics que pour les audits des contrats plan. Il est donc question de mettre en exergue dans le cadre de ces études ce potentiel en vue de proposer le moment venu des schémas de développement qui pourraient aboutir à une procédure de restructuration, en cas de besoin. Il est aussi question de les accompagner pour qu’elles soient plus productives. En ce qui concerne les contrats plans, va dire Martial Valery Zang, il ressort que leur objectif est de sortir une entreprise ou l’établissement public de la zone rouge. Ceci en améliorant par exemple son outil de production. 
Les attentes
Au terme de ces exercices, les conclusions, indique le président de la Commission devront permettre de savoir si l’outil utilisé est adapté, si les modes de financements sont adéquats, si les mesures prises pour redresser les entreprises précisément l’échantillon sélectionné ont été efficaces. Ainsi donc des plans de développement pourront être bâtis pour définitivement permettre le développement de ces entreprises afin qu’elles financent le budget de l’Etat. En effet, d’après une source au ministère des Finances, pour mesurer le poids de ces entreprises publiques non viables sur le budget de l’Etat, il n’y a qu’à regarder le niveau d’endettement de ces entreprises qui est d’un peu plus de 1000 milliards de F. Il faudrait aussi savoir que si une entreprise n’est pas viable, elle a du mal à s’acquitter de ses obligations notamment les dettes fiscales.     
 

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category