Zimbabwé: les ravages de la famine

On estime à cinq millions le nombre de personnes touchées par la crise alimentaire qui secoue le pays. L’Onu a lancé l’alerte.

Sur les 16 millions d’habitants du Zimbabwe, un tiers a besoin d’aide du fait de la crise alimentaire que traverse actuellement le pays. Le Programme alimentaire mondial (PAM) a lancé mardi dernier un appel aux dons pour un montant de 331 millions de dollars afin de voler au secours de ces milliers de personnes. A Harare, la capitale, David Beasley, directeur exécutif du PAM, a déclaré que si rien n'est fait au début de l'année prochaine, 5,5 millions de Zimbabwéens seront dans une situation similaire. L’aide de Nations unies vient en appui aux efforts du gouvernement qui travaille sur le long terme pour que le pays résiste aux chocs climatiques. Dans la stratégie d’intervention, les personnes vulnérables sont privilégiées, notamment les enfants dont les perspectives d'éducation doivent être sauvées. Plus de trois millions des personnes affectées se trouvent dans les zones rurales même si les villes et leurs périphéries ne sont pas épargnées.

C’est une situation difficile pour ce pays qui fut considéré comme le grenier à céréales de l’Afrique australe. Elle est due à la perturbation climatique caractérisée par une sévère sécheresse qui a dévasté les cultures, plus particulièrement le maïs, aliment de base de la population. A cela s’ajoute un cyclone qui a détruit de nombreux champs. Bien plus, le pays est confronté à une crise économique qui se manifeste par une forte inflation et des pénuries de produits de première nécessité. Toute chose qui ne favorise pas toujours les plus pauvres. Dans le même temps, comme pour venir couronner cette avalanche de malheurs, le bas niveau des cours d'eau a affecté la principale centrale hydroélectrique de Kariba, provoquant des coupures de courant dans tout le pays.

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category