Formation sanitaires privées : le Minsanté en visite surprise

Malachie Manaouda a inspecté des formations sanitaires privées de Douala mercredi, 7 août 2019 dernier.

Des ampoules au bout cassé. Des médicaments dans un piètre état de conservation. Deux personnels « stagiaires », sans formation initiale en santé. Le tout dans un local exigu. Le Charity Community Health Center, situé au quartier New Bell, lieudit « Ancien Etage », n’avait rien pour plaire. Il a donc déplu. Le ministre de la Santé publique, Malachie Manaouda, en inspection surprise ce mercredi 7 août, a donc décidé de le faire sceller.

La stagiaire qui a eu le patron, « Docteur Macaire », au téléphone, lui a présenté la situation et lui a demandé de venir, sans succès – le praticien a dit qu’il était « loin » –, le Minsanté a expliqué le sens de sa démarche. « Nous avons tous intérêt à ce que les centres de santé soient multipliés, mais pas dans n’importe quelles conditions », a-t-il indiqué. D’autres établissements sanitaires privés ont reçu la visite inopinée du Minsanté et de sa délégation, notamment à Bali et Bonapriso. Dans une polyclinique de la place, les responsables apprendront qu’outre des installations de qualité et des conditions d’hygiène à respecter, il est nécessaire de disposer d’une autorisation de création et d’une autorisation d’ouverture de formation sanitaire. L’autorisation d’exercer en clientèle privée ne suffisant pas. Là encore, le Minsanté a rappelé l’esprit de sa descente : « Nous sommes ici dans le cadre de l’assainissement de la carte sanitaire (…) Nous sommes dans la facilitation de la régulation. Le Cameroun a besoin de tous ses enfants et le premier pilier de l’émergence que nous voulons construire, c’est la santé », a-t-il indiqué. La polyclinique a obtenu deux mois pour se conformer. Passé ce délai, elle encourt la fermeture.

A Bali, le promoteur du centre médical inspecté a paru plutôt enchanté par la présence de ses visiteurs inattendus. Il a rappelé les contributions de sa structure dans les campagnes de collecte de sang, évoqué des lettres de félicitations reçues de la tutelle, etc. puis a profité de l’occasion pour poser des doléances. En possession des papiers requis, il a néanmoins reçu du ministre la recommandation d’améliorer le cadre du centre médical. « Nous sommes venus à Douala pour dire à nos compatriotes qui ont des formations sanitaires de se mettre aux normes. En termes de documents administratifs, mais davantage en termes de structures et d’offre de soins », a déclaré le Minsanté au terme de l’opération. « Nous ne sommes pas dans la répression, mais davantage dans l’accompagnement, parce que nous voulons construire un système de santé solide et viable », a ensuite précisé Malachie Manaouda.

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category