« Nous allons mobiliser des ressources additionnelles »

Jean-Luc Stalon, représentant résident du PNUD au Cameroun

Quel est le rôle du Programme des Nations unies pour le développement dans le cadre de la rencontre qui vient de se tenir à Niamey ?
Le rôle du Programme des Nations unies pour le développement est central. Nous sommes l’agence des Nations unies qui aide le secrétariat exécutif de la Commission du bassin du lac Tchad, notamment sur les plans technique et stratégique et en ce qui concerne la rédaction de la stratégie régionale de stabilisation. La deuxième chose que nous faisons, c’est appuyer la mise en œuvre de cette stratégie. Nous avons mis en place ce qui est appelé « Stabilization facility » qui est un fonds qui sert à mobiliser des ressources pour appuyer la mise en œuvre de la stabilisation dans les quatre Etats qui sont touchés par la crise de Boko Haram. Une partie de ces fonds servent à soutenir la CBLT dans l’exécution de ses missions. Il y a l’aspect régional qui est géré par la Commission et l’aspect national qui est géré dans chacun des quatre pays. En clair, chaque pays est en train de développer son « National stabilization window » et celui-ci bénéficie des facilités mises en place par le PNUD. 60 millions de dollars ont été mobilisés à Niamey lors du 2e forum des gouverneurs notamment par l’Allemagne, le plus gros contributeur, la Suède, la Grande Bretagne et l’Union européenne.
Ces fonds sont-ils déjà disponibles lorsque l’on connaît les difficultés enregistrées dans le même type d’opérations ailleurs sur le continent ?
Ces annonces ont été faites par les bailleurs de fonds eux-mêmes lors des travaux de Niamey. Cela a été annoncé officiellement et a du reste été repris dans le communiqué final qui a sanctionné les travaux de la capitale nigérienne. C’est un engagement de ces bailleurs.
Qu’en est-il du Cameroun ?
Le PNUD-Cameroun est en train de développer son « National stabilization window » pour le Cameroun en relation avec les autorités du pays. Au-delà des fonds qui viendront à travers le « Stabilization facility », nous allons aussi, en tant que PNUD-Cameroun, mobiliser des ressources additionnelles pour le financement du programme de stabilisation au Cameroun. Cela sera fait simultanément dans les autres pays où les bureaux du PNUD vont faire un plaidoyer pour financer le gap, si nécessaire, pour compléter le financement pour que nous menions les activités dans les différentes localités qui sont concernées par ce programme, notamment l’Extrême-Nord et le Nord pour ce qui est du Cameroun.
 

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category