38e promotion de l'Emia : appelez-la « Paix et unité »

Nom de baptême de cette cuvée d’élèves officiers d’active de l’institution, donnée vendredi 9 août 2019 sur instruction du président de la République par le Mindef, Joseph Beti Assomo.

La nouvelle cuvée d’élèves officiers d’active de l’Ecole militaire interarmées (Emia) s’appellera « Paix et unité ». Nom de baptême choisi par le président de la République, chef des forces armées, Paul Biya, et transmis par Joseph Beti Assomo, ministre délégué à la présidence chargé de la Défense (Mindef). Tous à genoux, devant familles, amis, enseignants et hiérarchie, les éléments ont pris connaissance de leur nom à l’esplanade de la cour d’honneur de la Brigade du Quartier général vendredi 9 août 2019 à Yaoundé.

En effet, cette promotion est constituée de six nationalités: le Cameroun, la Côte d’Ivoire, le Gabon, la Guinée Conakry, la République centrafricaine et le Congo. Par ailleurs, c’est la première cuvée de l’Emia depuis sa création en 1959, à effectuer son année probatoire à Tchabal et à accueillir cinq autres pays. La formation de la promotion «Paix et sécurité » a démarré le 22 janvier 2018 et va durer trois ans pour doter ces futurs éléments de capacités physiques, morales, intellectuelles, citoyennes et techniques pour mener a bien leurs missions. A mi-parcours de leur formation, ces élèves officiers ont déjà traversé quelques étapes de leur apprentissage.

D’abord, une année probatoire au cours de laquelle ils ont acquis des aptitudes militaires avec un accent sur la formation physique, celle de combattant de base qui permet de commander efficacement une équipe ou une pièce, et pouvoir mener l’instruction définie pour développer des savoir-faire nécessaires au commandement d'un groupe de combat. Puis, dans la zone de forestière de Motcheboum, ils ont suivi un stage d’aguerrissement. Occasion pour les apprenants de consolider sur le plan pratique, les connaissances tactiques du niveau chef de section de combat d’infanterie, de les accoutumer à la vie et au combat dans cette zone. Le saut parachutiste à Koutaba les a dotés d'aptitudes au combat aéroporté. Pour la première année, ils ont suivi des cours théoriques à Yaoundé et effectué une sortie de terrain à Ngaoundal. Chargé de symbolique, le nom de baptême d'une promotion s’inspire soit du contexte politique au moment de son attribution, soit de la mémoire des soldats s’étant particulièrement distingués par leurs faits d’armes.

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category