Cameroun – Guinée équatoriale : concertations sur les questions bilatérales

Porteur d’un pli fermé du président Obiang Nguema Mbasogo à son homologue camerounais Paul Biya, le ministre des Affaires étrangères et de la Coopération, Simeon Oyono Esono Angue a été reçu vendredi dernier par le Premier ministre, chef du gouvernement,

«Je suis porteur d’un message de S.E Obiang Nguema Mbasogo, chef de l’Etat de la Guinée équatoriale à S.E Paul Biya, président de la République du Cameroun concernant les consultations régionales, mais aussi pour renforcer nos liens de coopération et d’amitié » a indiqué à la presse le ministre équatoguinéen des Affaires étrangères et de la Coopération. Simeon Oyono Esono Angue résumait ainsi les cinquante minutes d’échange qu’il venait d’avoir avec le Premier ministre, chef du gouvernement, Joseph Dion Ngute vendredi dernier en fin de matinée. Un pli fermé dont il n’a pas tenu à révéler la teneur. Interrogé sur la dernière actualité entre les deux pays et qui fait état de la construction d’un mur par son pays à la frontière commune, l’émissaire du président équato-guinéen n’a pas manqué de réagir : « Parler d’un projet de mur, c’est un manque d’informations. Nous sommes des pays frères, nous avons des relations d’amitié et de coopération, mais surtout, nous avons des relations de famille. La Guinée équatoriale et le Cameroun entretiennent de bonnes relations. Comme pays voisins, nous sommes condamnés à vivre toujours ensemble», a-t-il fait savoir.

Le ministre des Affaires étrangères et de la Coopération, qui était accompagné pour la circonstance de son collègue de la Sécurité extérieure, Juan Antonio Bibang Nchuchuma et de l’ambassadeur de son pays au Cameroun, S.E Anastasio Asumu Mum-Munoz, a évoqué le traité de bon voisinage signé entre les deux pays en 1980 et l’accord portant création de la Commission mixte permanente de sécurité transfrontalière et le règlement intérieur du comité de suivi des questions consulaires conclu en 2012. Des cadres qui sont appelés à résoudre des problèmes qui pourraient survenir entre les deux pays. Insistance du journaliste : existe-t-il un mur en construction à la frontière commune ? Réponse de l’envoyé spécial équato-guinéen : « C’est un manque d’informations. Nous avons des documents signés. Nous pouvons nous asseoir au niveau des deux gouvernements pour discuter s’il y a des problèmes pour y trouver des solutions par des moyens pacifiques… Mais les réseaux sont libres de parler de ce qu’ils veulent. »… Le Premier ministre, chef du gouvernement était assisté pour sa part de son directeur de Cabinet, Balungeli Confiance Ebune.

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category