« Nous continuons la mobilisation de nos équipes sur le terrain »

Erik Essoussè, directeur général des Elections.

Monsieur le Directeur général, à une dizaine de jours de la fin du processus de révision des listes électorales, quel est le point des opérations engagées en janvier dernier ?

A une dizaine de jours de la fin des opérations de révision des listes électorales, qui est l’une de nos activités principales, au même titre que la distribution des cartes d’électeurs et les autres, nous sommes aujourd’hui à près de 400 000 nouveaux électeurs inscrits depuis le début de l’année en cours. Ce qui nous amène au plan national à plus de sept millions d’inscrits. Bien évidemment, ces chiffres restent à consolider par le toilettage qui va concerner notamment les doubles inscriptions, les personnes décédées, celles qui ont perdu leur capacité électorale. Ce travail se fait pour que nous parvenions à un fichier consolidé qui tient compte de tout ce travail.

Etes-vous satisfaits de ces chiffres ?

Nous sommes satisfaits des données actuelles. Nous avons coutume de dire que les inscriptions sur les listes électorales se font de manière collégiale. Elles ne relèvent pas exclusivement d’Elections Cameroon. Nous mettons en place le cadre, à savoir, nos antennes, nos équipes mobiles sur le terrain. Il appartient ensuite aux partis politiques qui sont les bénéficiaires des suffrages des électeurs de pouvoir mobiliser ceux-ci. Pour nous qui faisons la partie la plus importante du travail, les résultats actuels nous donnent satisfaction, même si nous souhaitons aller au-delà.

S’agissant justement de la participation des autres acteurs dans le processus de révision des listes électorales, comment la jugez-vous ?

Elle est satisfaisante, même si nous sommes en droit de souhaiter mieux de leur part. En tant que membres des commissions mixtes de révision des listes électorales, ils sont chargés de valider la pertinence des inscriptions avec les autres membres. Ils sont présents, tant au niveau des inscriptions que de la distribution des cartes d’électeurs. Les inscriptions qui prennent fin dans une dizaine de jours pourraient être les dernières avant les échéances électorales attendues.

Des stratégies particulières sont-elles mises en place pour une plus grande mobilisation des électeurs potentiels ?

Nous continuons la mobilisation sur le terrain. Au-delà des équipes fixes, il y en a qui sont mobiles. Nous les déployons dans les grands lieux de rassemblement d’électeurs potentiels, à l’instar des carrefours, des foires, des églises. Nous maintenons cette dynamique qui nous permet d’aller vers les électeurs au lieu de les attendre sur place dans nos antennes communales. Sur ce plan, la stratégie mise en place par Elecam porte des fruits.

Que prévoit votre calendrier dès le 1er septembre prochain ?

Notre principale action portera sur la préparation du fichier définitif consolidé. La loi nous oblige à le rendre disponible le 30 décembre de chaque année qu’il y ait élection ou non. Ceci nécessite un travail technique préalable que nous allons faire. Dès que nous achèverons avec le processus en cours, nous allons continuer avec le toilettage pour avoir un fichier prêt le moment venu.

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category