Detente : :Museveni et Kagame font la paix

Les présidents ougandais et rwandais ont signé mercredi à Luanda en Angola, un mémorandum d’entente mettant fin au différend qui les oppose depuis de longs mois

En froid depuis plusieurs mois, les présidents ougandais et rwandais sont finalement parvenus mercredi 20 août à un accord. A la faveur d’un mini-sommet organisé à Luanda en Angola, en présence du président angolais, Joao Lourenço, et de ses homologues Félix Tshisekedi de la République démocratique du Congo (RDC) et Denis Sassou Nguesso du Congo. Yoweri Museveni et Paul Kagame ont pris l’engagement solennel d’enterrer définitivement la hache de guerre. Selon le document signé à l’occasion, les deux chefs d’Etat entendent « s’abstenir de toute action de nature à déstabiliser ou à subvertir le territoire de l’autre partie, éliminant ainsi tous les facteurs susceptibles de créer une telle perception, tels que le financement, la formation et l’infiltration des forces déstabilisatrices ». En effet, un climat délétère caractérisé par des accusations mutuelles prévalait jusque-là entre les deux voisins. Le Rwanda reprochait à l’Ouganda de soutenir des groupes rebelles cherchant à le déstabiliser, à l’instar du Rwanda National Congress (RNC). Ce mouvement armé dirigé par l’ancien général rwandais Kayumba Nyamwasa, aujourd’hui en exil en Afrique du Sud, est soupçonné de vouloir renverser le régime de Kigali. De son côté, l’Ouganda accuse régulièrement le Rwanda d’espionnage.

L’accord signé dans la capitale angolaise assigne les deux pays à « protéger et respecter le droit et la liberté des ressortissants de la partie résidant et transitant sur leur territoire national » et à « reprendre dès que possible les activités transfrontalières ».

De part et d’autre, l’on salue l’avènement de cet accord qui va contribuer à détendre l’atmosphère entre les deux voisins. « Nous nous sommes mis d’accord sur un ensemble de questions qui vont contribuer à améliorer notre sécurité, nos échanges commerciaux et nos relations politiques », écrit le président ougandais, Yoweri Museveni sur son compte Twitter. Côté rwandais, l’engagement pris par les deux présidents suscite des espoirs. « Le plus important dans cet accord, ce n’est pas sa signature mais sa mise en oeuvre. Les prochains jours nous donneront déjà une indication. La fin du soutien des groupes génocidaires et terroristes anti-Rwanda, la libération des citoyens rwandais en détention illégale en Ouganda et la fin du sabotage économique », a réagi Olivier Nduhungirehe, secrétaire d’État rwandais en charge de l’East African Community

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category