Projets intégrateurs de transport : réflexion pour fluidifier le trafic

Les ministres des transports des deux pays ont fait le point mercredi dernier sur les différents dossiers en cours.


Mercredi dernier, le ministre des Transports, Jean Ernest Massena Ngalle Bibehe a reçu son homologue tchadien des Infrastructures, des Transports et du Désenclavement, Abdramane Mouctar Mahamat. Pas moins de deux heures d’échanges pour faire le point sur les intérêts communs des deux parties dans ce secteur. « C’était une audience qui a pris des allures de séance de travail, étant donné que les questions abordées étaient très importantes. Nous avons donc échangé et nous pensons que nous sommes en phase sur ce que nous sommes en train d’entreprendre. Il va de soi que des solutions vont suivre pour un meilleur confort des usagers de la route », a affirmé le ministre tchadien en séjour au Cameroun dans le cadre de la 23e session de la grande commission mixte de coopération Cameroun-Tchad.
D’abord le transit des marchandises sur le corridor Douala-N’Djamena. Il était question de revenir sur les obstacles très souvent décriés par les transporteurs de ce corridor. Ce sont notamment les nombreuses barrières de contrôle routier, les écarts de mesures entre les stations de pesage, la perception des frais indus, etc. Il faut dire que le Cameroun multiplie les actions avec notamment les concertations entre les autorités et les camionneurs suivies toujours de mesures appropriées. D’ailleurs, Jean Ernest Massena Ngalle Bibehe a remis à son homologue le rapport de la mission interministérielle qui a travaillé pendant un mois à évaluer les problèmes du corridor tout en établissant des recommandations. Ceci pour freiner l’élan du Tchad qui envisage des voies alternatives, notamment la piste de Lomé au Togo. Les deux ministres et leurs principaux collaborateurs ont aussi parlé de l’extension du chemin de fer camerounais vers le Tchad. La question était d’ailleurs inscrite lors de la récente session du comité interministériel des infrastructures ferroviaires. Ici, on attend plus que la signature côté camerounais de l’accord de prêt avec la Banque africaine de développement, partenaire financier, pour le lancement des études de faisabilité relatives à ce projet.
Le transport aérien s’est aussi invité aux échanges. On a notamment parlé de la reprise de la desserte de N’Djamena par Camair-Co.  
 

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category