Sommet du G7 : les dossiers chauds

L’environnement, la crise iranienne, l’économie sont les sujets qui préoccuperont les chefs des Etats les plus industrialisés du monde réunis à Biarritz en France depuis samedi dernier.

Le sujet sur l’écologie sera sans doute l’un des points importants qui préoccuperont les leaders des sept pays les plus puissants du monde. Un sujet évoqué dès le premier jour et qui s’est imposé à la dernière minute du fait de la multiplication des feux de brousse en Amazonie. Les activistes de ce secteur attendent des engagements politiques forts et clairs sur la préservation de l’environnement et surtout la protection de l’un des poumons verts de la terre qu’est la forêt d’Amazonie. Certains sont présents à Biarritz et attendent que des initiatives concrètes soient prises durant le Sommet. La crise iranienne, le commerce international, le numérique, etc. vont être abordés et Donald Trump, le président américain, sur la plupart de ces sujets, semble être la personne à convaincre. Déjà, samedi dernier, dès l’entame de leur rencontre, les puissants du monde ont chargé Emmanuel Macron, leur hôte, de discuter avec l’Iran pour éviter qu’il se dote de l’arme nucléaire. Début juillet, l'Iran avait confirmé qu'il reprenait l'enrichissement d'uranium à plus de 3,67%, après avoir déjà franchi la limite autorisée de 300 kilogrammes d'uranium enrichi. Un taux prohibé par l'accord de Vienne qui avait déjà poussé la France à appeler le pays à cesser toute activité « non conforme » à ce texte.

La question de la réadmission de la Russie a été effleurée. Les leaders du G7 estiment qu’il est trop « tôt » pour envisager un G8 avec la Russie, privilégiant le renforcement du dialogue et la coordination sur les crises actuelles avec la Russie, exclue en 2014. Hier dimanche, la deuxième journée a aussi été chargée et rythmée par les échanges sur l’économie. Emmanuel Macron a demandé aux pays du G7 de trouver « de nouveaux moyens pour relancer la croissance ». Il a en particulier appelé « les pays qui avaient une marge de manoeuvre budgétaire à investir dans l'éducation et l'emploi ». Un appel du pied à l'Allemagne qui est toujours réticente à le faire. Le sommet du G7 réunit les Etats-Unis, le Royaume-Unis, le Canada, la France, l’Allemagne, l’Italie et le Japon. Les travaux s’achèvent ce lundi, 26 août 2019.

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category