« Nous avons privilégié la qualité par rapport au nombre »

Hamad Kalkaba Malboum, président du Comité national olympique et sportif du Cameroun (Cnosc).

Quel regard portez-vous sur le bilan de la participation du Cameroun à cette 12e édition des Jeux africains ?

C’est une participation satisfaisante. La médaille est un objectif ultime. Mais, il n’y a pas que la médaille qui fait la compétition. A la cérémonie d’ouverture déjà, notre délégation avait présenté une belle image qui est restée parmi les highlights de cette compétition. La tenue traditionnelle sawa, la tenue des athlètes pendant le séjour au village, leur tenue sur le terrain des jeux sont à saluer. Nous sommes restés très proches de nos couleurs nationales. Nos athlètes ont été dignes. Nous avons obtenu des résultats à ne pas négliger. Avec 54 pays, si nous nous retrouvons parmi les 11 meilleurs, je crois que c’est un bon résultat au regard de l’effectif constitué de 120 athlètes. Les nations qui ont gagné de nombreuses médailles sont venues parfois avec 200 à 300 sportifs. En plus, nous n’étions pas présents dans toutes les disciplines. Il y en avait 26 et nous étions inscrits dans 12. Considérant tout cela, notre équipe a eu des performances dignes d’intérêts.

Le fait d’avoir réduit le nombre d’athlètes par discipline n’a-til pas eu un impact sur les résultats ?

Nous avons privilégié la qualité par rapport au nombre. Nous avons des handicaps sur les sports qui rapportent les médailles et dans lesquels nous ne sommes pas présents. Je pense que nous devons les reconsidérer à nouveau. Le Cameroun a une façade maritime, de nombreuses rivières. Nous avons des populations qui ont la coutume de l’eau. Peut-être que nous devons explorer ces nouvelles opportunités pour promouvoir la natation et en faire un sport qui rapporte des médailles. Il y a des sports où nous sommes totalement absents comme le badminton, la gymnastique. Beaucoup de pays ont eu des médailles sur des sports que nous ne pratiquons pas. Mais, il ne faut pas oublier que le sport est devenu un espace de visibilité pour tous les pays. C’est la guerre moderne. Le vainqueur est traité avec tous les égards. Les pays font des efforts pour ne pas nous laisser la place. Donc, l’adversité est très relevée. Nous devons mettre en place des stratégies nouvelles, qui nous permettrons de garder la position de nation sportive que le Cameroun est.

Quel regard jetez-vous sur l’organisation ?

Le Maroc a l’habitude d’organiser des compétitions internationales. C’est un pays qui s’était préparé à organiser la Coupe du monde de football. Certes, il ne l’a pas eue. Non seulement ils avaient toutes les infrastructures, mais ils avaient formé leurs techniciens. Je pense qu’il était prêt pour accueillir cet évènement préparé en neuf mois. Le Maroc a mis les athlètes dans de bonnes conditions, en offrant des infrastructures de qualité. Il a aussi fourni des officiels de bon niveau pour gérer les compétitions. Je pense que le mérite revient au Maroc. Bravo le Maroc !

Reactions

Comments

    List is empty.

Lead a Comment

Same category